Thierry Frémaux lance un cri d'alarme pour sauver les salles de cinéma

Mathilde Pereira Karsenti
·Journaliste rédactrice au service Culture
·2 min de lecture
Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes lors du mini-festival de Cannes le 27 octobre 2020. (Photo: VALERY HACHE / AFP)
Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes lors du mini-festival de Cannes le 27 octobre 2020. (Photo: VALERY HACHE / AFP)

CINÉMA - Un bien triste anniversaire. Alors que les salles de cinéma fêtent ce lundi 28 décembre leur 125e anniversaire, le directeur du Festival de Cannes et de l’Institut Lumière, lance un appel pour les sauver, à l’heure où la crise sanitaire empêche leur ouverture. Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, Thierry Frémaux fait part de son profond chagrin.

Le monde du cinéma avait déjà souffert de la fermeture prolongée des salles durant le premier confinement, le second a été un véritable coup de massue pour les professionnels sur grand écran. Depuis le 30 octobre, les cinémas ne peuvent à nouveau plus accueillir de spectateurs en raison de la seconde vague de Covid-19.“Deux fois, en 2020, les cinémas ont fermé leurs portes et éteint leurs écrans. Il y aurait eu meilleure manière de les fêter”, écrit Thierry Frémaux dans sa lettre ouverte.

Comme il le rappelle brièvement au début de cette dernière, la France a crée le cinéma il y 125 ans grâce aux frères Lumière. C’est précisément, le 28 décembre 1895, qu’a eu lieu la première séance publique et payante de cinéma au Salon Indien du Grand Café, boulevard des Capucines, dans le quartier des illusionnistes et des magiciens.

Pour Thierry Frémaux, cet anniversaire se célèbre avec “un peu de tristesse et beaucoup de mélancolie”. C’est, en effet, “la première fois, que les salles sont à l’arrêt”. Même les guerres mondiales n’avaient pas engendré la fermeture des salles obscures, le virus lui “y est parvenu, insidieusement, dans un aller et retour infernal”...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.