À Hésingue, les régionales menacées à cause d'un conflit entre le maire et le préfet

·1 min de lecture
Vue aérienne de la commune de Hésingue, en novembre 2006. (Photo: Blom via Getty Images)
Vue aérienne de la commune de Hésingue, en novembre 2006. (Photo: Blom via Getty Images)

POLITIQUE - Le maire de la commune de Hésingue, dans le Haut-Rhin, veut faire entendre son mécontentement au sujet des gens du voyage. Quitte à menacer de ne pas organiser les prochaines élections départementales et régionales dans sa commune.

Ce vendredi 11 juin, Gaston Latscha, maire LR de la commune, a mis à l’ordre du jour du prochain conseil municipal du 14 juin un vote pour refuser d’organiser le prochain scrutin, rapporte France 3 Grand Est. Une décision censée faire réagir la préfecture, qui selon lui “ne nous prend pas au sérieux” sur cette question qui lui tient à cœur.

Le maire décrit un phénomène récurrent: “chaque année, affirme-t-il, il y a une occupation illicite” par des gens du voyage dans plusieurs communes de l’agglomération, dont la sienne, et ce malgré la présence d’aires destinées à l’accueil des personnes non sédentaires. Cette année, c’est l’occupation d’une zone “où des entreprises sont en train de s’installer” qui le pousse particulièrement à l’action.

L’élu LR évoque en premier lieu différents types de dégradations ainsi que le risque “sanitaire” et “sécuritaire” avec par exemple “des camions (...) qui passent juste à côté des caravanes, juste à côté des enfants qui jouent.” Il dénonce également une “agressivité” et des “menaces” sur place lorsque les membres de son équipe municipale sont intervenus.

“L’État ne suit pas”

Malgré tout, Gaston Latscha se défend de “condamner ces gens du voyage”. Mais il appelle l&rsquo...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles