À Bordeaux, une campagne d'affichage sur les artistes heurte

Alix Coutures
·Journaliste
·2 min de lecture
À Bordeaux, une campagne d'affichage sur les artistes heurte

CULTURE - “Choquante”, “odieuse” opportune, “nauséabonde”, “hors-sol” ou “absolument ridicule”: depuis ce jeudi 8 avril, les critiques se multiplient sur Twitter pour dénoncer des affiches de la ville de Bordeaux qui posent la question “Artiste, c’est un métier?”, et “la culture, ça coûte trop cher?”, exhortant les Bordelais à répondre à un questionnaire.

Comme l’explique le journal Sud-Ouest, ces affiches font partie d’une campagne globale de la ville lancée durant le mois de mars. Son but? Pousser les Bordelais à échanger autour du thème de la culture et à imaginer une politique culturelle en concertation. Mais deux affiches, qui se voulaient une reprise des clichés sur la culture, ont particulièrement heurté une partie des Bordelais, à l’heure où le secteur de la culture est violemment frappé par la crise du Covid-19.

“Je crois qu’on doit pouvoir dire que cette accroche de com’ relève de l’accident industriel, non?”, a relevé Blaise Mercier, directeur de La Fabrique Pola. Jean-Pierre Rousseau, directeur du Festival Radio France Occitanie Montpellier a, lui, interpellé Roselyne Bachelot, ministre de la Culture sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Anne-Laure Boyer, artiste plasticienne à Bordeaux, interrogée par Rue89Bordeaux a demandé “le retrait immédiat de cette affiche”, estimant qu’il s’agissait d’un “poignard dans le dos”. ”J’en appelle aux élus, techniciens, et autres gens zélés qui pensaient peut-être faire de la pédagogie et du buzz, sur notre dos”, a-t-elle encore fustigé.

La mairie de Bordeaux se défend

Contact&eac...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.