Cet aéroport japonais n'a jamais égaré un bagage, pas une seule fois

L'aéroport international du Kansai est une petite anomalie dans le monde de l'aviation.

De quoi rendre sans doute jaloux les aéroports de Paris-Orly ou de Paris-Charles-de-Gaulle. | Anna Gru via Unsplash

Il est posé sur une île artificielle dans la baie d'Osaka, dans le sud du Japon. Une île qui s'enfonce par ailleurs de plusieurs centimètres dans l'eau chaque année, au point d'obliger en 2023 les ingénieurs de Vinci à installer des vérins pour la maintenir à flots. Mais ce n'est pas le sujet ici: aujourd'hui, on va parler valises et autres bagages.

Selon un rapport de Forbes, relayé par le média en ligne Quartz, l'aéroport international du Kansai, qui traite quand même plusieurs millions de bagages par an, n'en aurait jamais égaré un seul. Si vous avez un peu voyagé en avion dans votre vie, vous savez que c'est un exploit qui mérite d'être relevé et salué.

En service depuis septembre 1994, l'aéroport japonais se vante de transférer une valise de la soute de l'avion au tapis roulant à bagages en moins de quinze minutes, grâce à un suivi rigoureux et une organisation sans faille.

«Il est important que plusieurs membres du personnel partagent des informations pour éviter les erreurs découlant d'hypothèses erronées», a déclaré Tsuyoshi Habuta, qui supervise les opérations de bagages chez CKTS, entreprise en charge de la gestion des cargaisons au sol. Pas de recette miracle donc, pas d'intelligence artificielle régissant les déplacements de bagages, mais une organisation bien rodée et beaucoup de communication.

De manière assez naturelle, les équipes se concentrent sur le nombre de sacs débarqués, communiqué à chaque étape du transport vers les carrousels. L'aéroport international du Kansai exige d'ailleurs des compagnies aériennes qu'elles fournissent une liste détaillée de leur cargaison.

Et le travail est bien fait, la preuve: lors de sa fuite vers le Liban, l'ancien dirigeant de Renault-Nissan, l'homme d'affaires franco-libano-brésilien Carlos Ghosn avait transité sans encombres par l'aéroport nippon, caché dans une malle.

La perte de…

Lire la suite sur Slate.fr