Aéronautique : en grande difficulté, Air France-KLM en appelle à l’État

Les comptes d'Air France-KLM sont dans le rouge. Jeudi 18 février, la compagnie aérienne a annoncé avoir perdu 7,1 milliards d'euros en une seule année. Air France vient de passer une année noire à cause du Covid-19 : les avions ont été cloués au sol par manque de passagers. Le nombre de clients a baissé de 67 % en 2020. Les salariés se disent désemparés. Pour survivre, Air France a pu bénéficier d'un prêt de l'État pour l'année 2020, mais cela ne suffira pas. Le groupe va continuer à perdre de l’argent, avec des vols peu remplis et des coûts fixes, pour la maintenance des avions par exemple, selon Arnaud Aymé, spécialiste des transports. Un plan d'aide avec ses contreparties Air France demande donc de l’aide directement à l’État, ce que le gouvernement semble être prêt à accepter. Mais l'Union européenne imposera une contrepartie à cette aide : 8 000 slots, des créneaux de décollage et d’atterrissage à laisser à la concurrence. Ce que les syndicats jugent irrecevable. "Quand vous avez l’Europe qui vient vous dire que vous allez laisser vos créneaux, ça veut dire qu’on vous autorise d’un côté à être recapitalisé, mais de l’autre, on vous condamne à mort, parce que les créneaux, c’est ce qui nous fait vivre" estime Olivier Lavieille, du syndicat des navigants du groupe Air France. Air France prévoit de supprimer 6 000 postes ces deux prochaines années.