Aéronautique : abandon du projet de terminal 4 à Roissy

Le futur terminal 4 de Roissy ne verra pas le jour. Il devait accueillir 40 millions de passagers par an d’ici 2037. Le gouvernement a demandé son abandon face à la chute du trafic aérien. "Il est très difficile de savoir quelles seront les perspectives de croissance au niveau du transport aérien telles qu’on les a connues", explique Daniel Bertone, secrétaire général de la CGT-ADP. Entre Nice (Alpes-Maritimes), Marseille (Bouches-du-Rhône) ou encore Nantes (Loire-Atlantique), la France compte une dizaine de projets d’agrandissement. Projets incompatibles avec les engagements écologiques pour les associations Les associations dénoncent ces projets et pointent leurs conséquences écologiques. L’abandon du terminal 4 du Roissy n’est pour elles qu’une première étape. "On sait aujourd’hui qu’il n’y a pas de solution technologique qui soit prête pour décarboner le secteur aérien, donc toute augmentation de trafic s’accompagne forcement d’une augmentation de nos émissions, commente Audrey Boehly, porte-parole du collectif Non au terminal 4 de Roissy. Il y a une dizaine de projets d’extension d’aéroports qui sont prévus en France, qui sont complètement incompatibles avec nos engagements climatiques." Derrière les arguments écologiques, la crise sanitaire met de toute façon un cout d’arrêt aux projets d’extension des aéroports.