Aéroclubs de Poitiers : la décoration proposée par Djebbari provoque un nouveau pataquès

Source AFP
·1 min de lecture
Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri a provoqué l'indignation de plusieurs élus en proposant de remettre la Légion d’honneur aux deux présidents des aéroclubs de Poitiers, qui ont vu leurs subventions être coupées par la mairie.
Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri a provoqué l'indignation de plusieurs élus en proposant de remettre la Légion d’honneur aux deux présidents des aéroclubs de Poitiers, qui ont vu leurs subventions être coupées par la mairie.

La proposition du ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, de décorer deux présidents d'aéroclubs de Poitiers a été accueillie avec consternation et ironie ce jeudi 8 avril par les écologistes et le PS, qui l'ont jugée « lamentable » et « mesquine ».

« Cette instrumentalisation mesquine de la Légion d'honneur frappe de déshonneur M. Djebbari. Dépourvu de tout sens de l'Histoire et espérant atteindre les écologistes, ce ministre ne fait que dégrader une décoration dont le mérite devrait être le seul critère d'attribution », a tonné sur Twitter l'eurodéputé EELV David Cormand.

Mais Jean-Baptiste Djebbari s'est également fait recadrer par la ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, qui a la tutelle des Transports. « La ministre ne préjuge pas des mérites des personnes évoquées et prendra connaissance de leurs dossiers si le ministre délégué aux Transports concrétise sa proposition. Elle considère néanmoins que les décorations républicaines n'ont pas vocation à être attribuées dans le cadre de polémiques politiques », a affirmé le ministère à l'Agence France-Presse.

Le ministre des Transports a souhaité à « travers ce geste », marquer son soutien après la baisse des subventions votée par le conseil municipal de Poitiers le 29 mars pour deux aéroclubs de la ville. Lors du débat, la maire écologiste Léonore Moncond'huy a dit « assumer » le fait que « l'argent public ne doit plus financer les sports fondés sur la consommation de ressources épuisa [...] Lire la suite