99,2% des Américains morts du Covid-19 en juin n'étaient pas vaccinés

·2 min de lecture
Une fiole du Spoutnik V, le vaccin russe contre le coronavirus, montrée par une soignante d'un centre de vaccination à Moscou, le 2 juillet 2021 - Natalia KOLESNIKOVA © 2019 AFP
Une fiole du Spoutnik V, le vaccin russe contre le coronavirus, montrée par une soignante d'un centre de vaccination à Moscou, le 2 juillet 2021 - Natalia KOLESNIKOVA © 2019 AFP

Les chiffres, venus tout droit d'outre-Atlantique, sont impressionnants. Selon le docteur Anthony Fauci, immunologue et homme fort de la task force mise en place contre le Covid-19 par Donald Trump d'abord, puis par Joe Biden, 99,2% des Américains morts du Covid-19 au cours du mois de juin 2021 n'étaient pas vaccinés.

"Nous ne pouvons plus faire preuve de complaisance [...] Des millions d'Américains ne sont toujours pas vaccinés et non protégés. Et à cause de cela, leurs communautés sont en danger, leurs amis sont en danger, les personnes qui leur sont chères sont en danger", a-t-il dit lors d'un récent point presse, dans des propos partagés par The Guardian.

Dans certains États américains, les chiffres sont encore plus parlants. Au Maryland, ce sont 100% des morts de juin qui n'étaient pas vaccinés, tandis que 93% des nouveaux cas et des hospitalisés ne l'étaient pas non plus.

La vaccination piétine

Aux États-Unis, pays où le débat autour de la vaccination fait rage, 67% de la population de plus de 18 ans a au moins reçu une première dose, et 58% d'entre eux sont complètement protégés. Si l'objectif donné par Joe Biden, celui de vacciner 70% des adultes d'ici juillet, n'a pas été tenu, ce sont les disparités entre différents États en terme d'injections qui frappent.

Comme le précise Franceinfo dans un article dédié, le Wisconsin n'avait commandé que 8% des doses qui lui étaient pré-réservées le mois passé, tandis que l'Illinois n'en avait réclamé que 9%. Selon le média national, les causes de cette stagnation de la vaccination américaine sont à chercher du côté des électeurs de Donald Trump et du parti Républicain qui, selon un récent sondage, sont 40% à se dire opposés aux vaccins.

Or, selon des données de l'Université Johns Hopkins, ce sont bien dans les États où la vaccination est inférieure à la moyenne nationale que les cas augmentent, voire triplent dans certains cas.

Alors, face à la propagation du variant Delta qui prolifère rapidement aux Etats-Unis comme ailleurs dans le monde, la solution semble bel et bien la vaccination. "Nous sommes dans une course contre ce variant Delta, qui se propage très rapidement, et chaque État va être confronté à cela", prédit Asa Hutchinson, gouverneur républicain de l'Arkansas auprès de CNN.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles