95 m² pour 971 euros : le député PS Jérôme Lambert occupe un logement social car "les loyers sont trop chers à Paris"

Rémunéré 7 239 brut par mois, Jérôme Lambert occupe seul un logement social de 95m2 pour 971 euros par mois, hors charges.

Un cossu cinq pièces à un prix défiant toute concurrence. Ce n'est pas la chance ni la fortune qui a souri au député PS Jérôme Lambert. Une simple déclaration de co-occupant sur le logement à loyer intermédiaire de son ancienne compagne lui permet depuis plus de 10 ans de payer 971 euros un 95m2 dans le XVIIIe arrondissement. Soit environ 10 euros le mètre carré.

Cet appartement du parc social Paris Habitat, qu'il habite désormais seul depuis qu’il est en instance de divorce, est normalement attribué sous plafond de ressources depuis 2001. Mais cette déclaration n'a jamais été faite par l'élu aux 67 478 euros annuels -par conséquent non éligible pour ressources trop élevées, selon les révélations de Médiapart publiées ce jeudi.

"Mon loyer a peu bougé depuis 30 ans et quand il va repartir dans le parc normal de la ville, le loyer mensuel va dépasser les 2 000 euros (...) Je pourrais avoir du mal à le payer. Vous savez, le prix des loyers à Paris, c’est quand même quelque chose", s'est défendu auprès de nos collègues le Charentais, également propriétaire d'une résidence secondaire dans sa circonscription.

Rien de "choquant"

Si légalement rien n'oblige le député à quitter son logement ni à actualiser sa situation financière, "s’il avait déclaré sa situation après 2001, on lui aurait immédiatement demandé de quitter ce logement car il dépasse les plafonds", confirme à Mediapart un responsable de Paris Habitat.

"Et s’il postulait aujourd’hui, la commission d’attribution lui refuserait ce logement", ajoute-t-il.

À droite et chez les insoumis, des histoires de ce type ont déjà posé des soucis d'images et d'exemplarité et auraient pu pousser Jérôme Lambert à changer sa situation, souligne également le journal. Mais le député n'y voit "rien de moralement choquant". Il assure à Mediapart quitter son logement "fin juin". Après les législatives donc.

Pour leur passage à l'Assemblée, les députés non-parisiens peuvent bénéficier normalement d'un dédommagement s'ils veulent loger à l'hôtel ou au Palais-Bourbon. Mais "lorsque vous avez votre vie de 30 ans quelque part, vous n’avez pas envie d’aller à l’hôtel ou à l’Assemblée (...) J'ai voulu vivre comme je l’entendais, et je ne vois pas ce qui est immoral", a-t-il confié à Mediapart estimant son logement déjà suffisamment cher comme ça.

"Nous vérifions scrupuleusement les attributions, encore plus après les périodes électorales, mais ce député a échappé à notre vigilance", reconnaît le responsable de Paris Habitat, interrogé dans le cadre de cette enquête.

Non investi par le PS après ses positions controversées sur le mariage pour tous en 2013, le candidat très bien implanté en Charente compte maintenir sa candidature.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Bordeaux, Paris, Marseille… Ces villes où les loyers ont le plus baissé depuis un an

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles