Neuf nouveaux cas de thromboses chez des patients vaccinés à l'AstraZeneca : "Ce n'est pas une bonne nouvelle", convient un pharmacologue

franceinfo
·1 min de lecture

"C'est clair que ce n'est pas une bonne nouvelle", mais "ce risque est très faible", a réagi vendredi 16 avril sur franceinfo Mathieu Molimard, chef du service pharmacologie du CHU de Bordeaux, après que l'Agence de sécurité du médicament a recensé en France 9 nouveaux cas de thromboses atypiques chez des patients âgés de plus de 55 ans et vaccinés avec AstraZeneca. "Le risque, c'est que si on se prive de ces vaccins, on retarde la vaccination de patients qui sont à risque et donc on les expose à la mort par Covid-19", a-t-il estimé.

franceinfo : Ce n'est décidément pas une bonne nouvelle pour ce vaccin qui était qui avait déjà une réputation un peu ternie ?

Mathieu Molimard : C'est clair que ce n'est pas une bonne nouvelle, mais ce n'est pas très surprenant. On a plusieurs éléments qui peuvent expliquer cela. D'abord, il y a ce qu'on appelle le biais de notoriété, c'est-à-dire qu'on a tellement parlé des thromboses que toute thrombose qui survient maintenant est déclarée en pharmacovigilance, donc on augmente la notification. Donc ça, c'est une première raison qui va faire qu'on a beaucoup de thromboses qui apparaissent actuellement dans les centres régionaux de pharmacovigilance. Donc, ça fait plus de cas qui remontent. Après, ce risque reste très faible puisqu'on est de l'ordre de 1 cas pour 100 000 patients traités. Cela peut sembler beaucoup, mais le risque de se faire foudroyer est aussi un risque, et mourir de la foudre est un risque qui est de cet ordre de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi