877 cas du variant brésilien: le plus grand foyer de contamination en dehors du Brésil identifié au Canada

Jules Pecnard
·3 min de lecture
Des passants dans le centre-ville de Toronto, capitale de l'Ontario (illustration) - Geoff Robins © 2019 AFP
Des passants dans le centre-ville de Toronto, capitale de l'Ontario (illustration) - Geoff Robins © 2019 AFP

Le dévalement des pistes s'est brutalement arrêté. La station de ski de Whistler, dans la province canadienne de Colombie-Britannique, a dû être fermée fin mars en raison d'une explosion de cas de Covid-19 liés à l'un des variants détectés au Brésil, appelé P.1. Sur les 877 cas diagnostiqués dans la province, environ 200 proviennent de Whistler, soit près du quart.

Cette reprise alarmante de la pandémie n'est pas circonscrite à la Colombie-Britannique. L'Alberta et l'Ontario sont également concernées. Au total, le Canada a enregistré plus de 25.000 cas de variants plus contagieux du coronavirus depuis le début de l'année. Toutefois, la Colombie-Britannique, à elle seule, est devenue le plus gros foyer mondial d'éclosion séquencée de la variante. À l'exception du Brésil, bien sûr.

De jeunes travailleurs

Le variant P.1, dont la mutation est beaucoup plus contagieuse que la souche originelle du Covid-19, est actuellement en train de ravager le Brésil, où il cohabite avec plusieurs dizaines d'autres variants. Des personnes de plus en plus jeunes sont admises à l'hôpital, mettant à genoux le système de santé brésilien. En plus de s'être "exporté" au Chili, le variant P.1 a remonté le continent américain, atteignant donc le Canada.

Le mystère de sa pénétration dans la station de ski de Whistler demeure néanmoins entier, comme le raconte The Guardian. Aucune des 84 personnes initialement diagnostiquées positives en mars, au début de cette propagation localisée, n'avait signalé de voyage en dehors du sol canadien. La grande majorité des cas concernés sont de jeunes travailleurs saisonniers domiciliés à Whistler, le quotidien britannique évoquant une hôtesse d'accueil de seulement 22 ans qui dit avoir ressenti des douleurs corporelles "dans le plus profond de (sa) chair".

Pénurie de logement

La Colombie-Britannique est également à la traîne dans sa capacité à comptabiliser la part d'habitants positifs au Covid-19 qui ont été contaminés par un variant. D'ailleurs, la semaine dernière, les autorités sanitaires de la province ont annoncé qu'elles cesseraient le dépistage spécifique des variants. Elles partent du principe que les personnes testées positives ont désormais de grandes chances d'avoir été contaminées par un variant.

Autre élément concernant Whistler: la pénurie de logement a sans nul doute contribué à la propagation du virus, quelle qu'en a été sa forme.

"Comme les loyers sont tellement aberrants, vous avez des gens qui vivent dans des placards et parfois d'autres qui sont jusqu'à huit à louer le même logement", témoigne auprès du Guardian Nora Reid, l'hôtesse de 22 ans mentionnée plus haut.

Dans la province voisine de l'Alberta, le P.1 est soupçonné d'avoir contaminé 21 membres de l'équipe professionnelle de hockey de Vancouver, les Canucks. Cependant, puisque le séquençage des variants a été retardé dans cette province, il est difficile pour les autorités de savoir à quel point ces variants s'y sont répandus à ce stade.

Article original publié sur BFMTV.com