86 refus d'accès enregistrés en 2018 pour les chiens guides d'aveugles

La FFAC a encore enregistré en 2018 de nombreux refus d'accès de chiens guides d'aveugles dans des lieux pourtant publics. De tels refus sont pourtant punis par la loi.

La loi est on ne peut plus claire : "L'interdiction des lieux ouverts au public aux chiens guides d'aveugles et aux chiens d'assistance (...) qui accompagnent les personnes titulaires de la carte d'invalidité (...) est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe", comme l'indique sur son site  (FFAC). Pourtant, encore en 2018, des personnes souffrant d'une déficience visuelle ont essuyé les refus d'accès de plusieurs établissements. Le 30 avril 2019, la FFAC a publié un bilan.

Le problème des gîtes, des lieux privés

"En 2018, les cas de refus se sont stabilisés" et aucun refus n'a été déclaré auprès des taxis, "une véritable amélioration", selon la FFAC. Cependant, d'autres secteurs peinent encore a intégrer la loi. Ainsi, 19 refus ont été signalés dans la restauration, 15 dans les commerces ou encore 9 dans les transports publics. Les interdictions d'accès dans les hébergements de loisirs ont également été nombreux (10) durant l'année 2018. Selon la FFAC, les gîtes et maisons d'hôte posent notamment problème. "Des cas y sont déclarés à cause du flou légal lié au secteur d’activité. Car nous sommes ici en zone privée". Problème : la loi mentionne quant à elle les "lieux ouverts au public" ce qui n'oblige donc théoriquement pas ces établissements à accepter les chiens guides. Enfin, si les chauffeurs de taxi acceptent désormais volontiers ces animaux, ce n'est pour le moment pas encore le cas pour tous les chauffeurs de VTC. "Les cas de refus pratiqués par les VTC sont un point sur lequel nous restons extrêmement vigilants", assure Paul Charles, le Président de la FFAC. 14 ont été enregistrés durant l'année 2018.

Les trottinettes électriques stationnées n'importe où compliquent le travail du chien

La FFAC souligne également les nouveaux pièges urbains, notamment les véhicules électriques dont le passage est difficilement audible pour le chien. Ainsi, "quand un bus électrique arrive à un arrêt le maître et son chien ne l’e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi