80 ans du Vel d'Hiv: depuis Pithiviers, Macron tiendra un discours "offensif" contre l'antisémitisme

Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 7 juin 2022 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 7 juin 2022 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Il y a 80 ans, près de 13.000 juifs sont arrêtés à leur domicile à Paris et en proche banlieue par des fonctionnaires français. Une partie d'entre eux a été internée au Vélodrome d'Hiver, sur le quai de Grenelle, dans le XVe arrondissement de la capitale, avant d'être évacuée vers les camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Sur les 8160 déportés du Vel d'Hiv, seuls quelques dizaines survivront.

Pour commémorer les 80 ans de la rafle du Vel d'Hiv, Emmanuel Macron prononcera ce dimanche après-midi un "discours offensif" d'une vingtaine de minutes contre l'antisémitisme et le "révisionnisme historique" depuis le site de l'ancienne gare de Pithiviers (Loiret), où il inaugurera un mémorial. Après Drancy, Pithiviers a été le second lieu de déportation en France près de Paris.

"Un nouveau type de révisionnisme historique est apparu"

"L'antisémitisme rôde encore et parfois de manière insidieuse et c'est très préoccupant", a déclaré un conseiller de l'Élysée à l'Agence France-Presse (AFP). "Un nouveau type de révisionnisme historique est apparu", notamment sur le rôle du maréchal Pétain, a-t-il noté, ajoutant que le "combat" doit "de nouveau être mené".

Le chef de l'État sera accompagné des ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin, de l'Éducation Pap Ndiaye, de la Justice Éric Dupond-Moretti, ainsi que Patricia Mirallès, secrétaire d'État chargée des Anciens combattants et de la mémoire. Dans son discours, Emmanuel Macron souhaite mettre en garde contre l'apparition d'"un nouveau type de révisionnisme", indique l'Élysée, après une campagne présidentielle marquée notamment par les propos du candidat d'extrême droite Éric Zemmour qui a soutenu que le maréchal Pétain a "sauvé" des juifs français durant la Seconde Guerre mondiale.

Comme l'explique l'entourage du président, "la banalisation de débats" autour du régime de Vichy et l'augmentation des actes antisémites va pousser Emmanuel Macron à rappeler que "la société française n'en a pas fini avec l'antisémitisme".

Reconnaissance de la responsabilité de la France avec Chirac

Après cinquante ans de silence des autorités françaises, le président Jacques Chirac avait reconnu en 1995 la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d'Hiv, dans un discours resté gravé dans les mémoires. "La France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable", avait-il lancé.

En juillet 2012, le président François Hollande va plus loin: "La vérité, c'est que ce crime fut commis en France, par la France." Il soulève les critiques de responsables de droite (Henri Guaino) et de gauche (Jean-Pierre Chevènement) tandis qu'au Front national, on appelle à "cesser de culpabiliser les Français".

La rafle du Vel d'Hiv représente à elle seule plus du quart des 42.000 Juifs déportés de France à Auschwitz en 1942, dont seuls 811 reviendront chez eux après la fin de la guerre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles