«Le 8 mai 2002, je suis mort» : 20 ans après, l'attentat de Karachi hante toujours les victimes

© AAMIR QURESHI / AFP

Ce dimanche 8 mai marque les 20 ans de l’attentat de Karachi au Pakistan. Le 8 mai 2002, quinze personnes dont onze ouvriers de la direction des constructions navales meurent dans l'explosion du bus qui les conduisait à leur lieu de travail. Des dizaines d’années après le souvenir du drame est toujours intact pour les survivants.

"C’est ineffaçable … ", souffle Gilles Sanson. "Cela fait partie de moi", poursuit le retraité. Les souvenirs de cet ancien ouvrier sont presque intacts. Le trajet de ce matin du 8 mai 2002 à Karachi au Pakistan, "toujours à la même heure, toujours par la même route". Un bus militaire vient le chercher, avec des collègues, puis ils se dirigent vers l’hôtel Sheraton. "Les collègues se sont dirigés vers le bus, et une voiture s’est stationnée juste à côté. Une voiture remplie de charges explosives. Et là, le bus a été pulvérisé" , raconte Gilles. Les images, dramatiques, paraissent défiler dans son esprit, lui qui n’a pas perdu connaissance lors de l’attentat.

L’arrière du bus pulvérisé, et l’impression que sa tête va exploser avec le souffle de l’explosion. Puis la douleur dans les jambes, ses pieds qui doublent de volume. "Vous êtes dans un vide total, la mort est autour de vous. J’ai été amené à quitter ce bus en rampant, en me dégageant aussi du corps de certaines victimes. Après j’ai été m’installer au pied du cratère qui avait été formé par l’explosion", décrit Gilles Sanson.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Aujourd’hui je marche mais je me traîne"

Une scène de guerre, une violence qui vit encore dans son esprit, et dans celui d'autres survivants comme Michel Bongert. Lui était à la troisième rangée dans le bus. "Au départ vous ne sentez rien. Je me touche le haut, la tête j’avais une oreille qui saignait. Et là vous descendez, j’arrive sur l...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Procès du 13-Novembre : le pouvoir des témoignages des rescapés du Bataclan

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles