8 annonces majeures : la COP26 à l'heure du bilan

·2 min de lecture

Sous l’impulsion de la présidence britannique, la COP26 a été l’occasion d’un nombre exceptionnellement élevé d’engagements des états sur des objectifs variés. Non contraignante, cette méthode doit encore faire la preuve de son efficacité. Par notre envoyé spécial à Glasgow.

Mobilité, sortie du charbon, méthane, "zéro émission nette" : le quotidien de la COP26 a été rythmé par les engagements de groupes d’Etats sur des objectifs ciblés de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Partiels, sans contraintes juridiques, parfois flous, ces textes n’engagent que ceux qui y croient selon leurs détracteurs. Au contraire, selon ses partisans, ils constituent un bon moyen de mettre des dossiers oubliés sur le haut de la pile et pourraient engager ceux qui demeurent hésitants. Revue des principales annonces faites durant la quinzaine de Glasgow.

1. Pour une ambition plus forte

L’objectif de maintenir la hausse des températures à 1,5°C n’est pas abandonné bien que, selon les calculs du , il ne reste plus que dix ans pour dépasser ce seuil critique. La comprend 26 pays qui veulent tout mettre en œuvre pour rester en dessous de cette barre. Les Etats signataires s’engagent à réduire de moitié leurs émissions d’ici 2030 et appellent tous les Etats à atteindre le "zéro émission net" en 2050. La France a adhéré à cet objectif.

2. La sortie du pétrole et du gaz

C’est une première dans l’histoire des relations internationales. L’initiative entend fixer une date de sortie progressive de l’extraction de pétrole et de gaz. Cette alliance toute nouvelle co-présidée par le Costa Rica et l’Allemagne veut fournir à la communauté internationale les pratiques et méthodes qui vont permettre d’éliminer progressivement cette production qui couvre aujourd’hui 80% des besoins énergétiques mondiaux. Les douze Etats membres de BOGA s’engagent à ce que cette question épineuse de la fin de l’exploitation pétrolière reste inscrite à l’agenda de toutes les prochaines étapes de la négociation internationale. La France est membre de BOGA.

3. La sortie du charbon

, dont des Etats très dépendants comme la Pologne. 25 pays et institutions financières ont par ailleurs affirmé qu’ils ne financeraient plus des centrales à charbon hors de leurs frontières. Cet engagement es[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles