Il y a 75 ans, le procès de Nuremberg s'ouvrait

Nuremberg, le 20 novembre 1945 : un des procès du siècle s'ouvrait, où étaient jugés 24 dignitaires nazis du troisième Reich. Ce procès est alors organisé par les quatre puissances alliées : la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'Union soviétique, vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Ils créent un tribunal militaire international qui juge selon les règles de l'État de droit, les accusés pendant les dix mois de procès. Parmi eux, Herman Göring, ancien numéro 2 du régime, Rudolf Hess, adjoint d'Adolf Hitler, ses anciens ministres et hauts responsables militaires jugés pour crimes de guerre, complots, crimes contre la paix et crimes contre l'humanité. Trois acquittés Tous plaident non-coupable, le procès s'achèvera à l'automne 1946. Douze des principaux chefs nazis sont condamnés à mort par pendaison et des peines de prison allant jusqu'à la perpétuité sont prononcées. Mais trois sont acquittés. Une tradition qui est perpétuée aujourd'hui à la Haye (Pays-Bas) à la Cour pénale internationale. Un procès historique mais aussi un héritage inestimable.