Il y a 75 ans, le bikini mettait le feu à la piscine Molitor

·1 min de lecture
Micheline Bernardini présente le bikini créé par Louis Réard, le 5 juillet 1946, à la piscine Molitor, à Paris.  
Micheline Bernardini présente le bikini créé par Louis Réard, le 5 juillet 1946, à la piscine Molitor, à Paris.

Le corps de la femme est un temple et son nombril, le Petit Jésus. Quel dommage de le cacher aux regards ! En 1932, le couturier Jacques Heim avait déjà eu l'audace de présenter un maillot de bain dévoilant le sexy ombilic pour qu'il se gorge de soleil. Jusque-là, les femmes arboraient sur la plage des tenues deux-pièces avec une culotte haute ressemblant à une gaine. Premier scandale. Heim baptisa sa création Atome.

Au lendemain de la guerre, la femme a encore plus soif de soleil. Oubliées les restrictions, oubliés les morts et l'ombre nazie. Il faut que le corps exulte. Qu'il s'offre aux regards de ces hommes émasculés par l'Occupation. Le premier à l?avoir compris est, curieusement, un ingénieur automobile, qui tenait la boutique de sous-vêtements de sa mère, Les Folies Bergères.

À LIRE AUSSICes étés singuliers ? 1945, comment reprendre une vie normale ?

Le maillot Atome de Jacques Heim. © DREn observant des baigneuses retrousser leurs vêtements pour exposer le maximum de leur corps, Louis Réard eut une illumination. Il se dit que le maillot de bain Atome était encore bien trop couvrant. Dieu lui intima alors de tailler et encore tailler pour ne plus laisser qu'un minimum de tissu sur les parties intimes : deux coques triangulaires pour obturer les « Frères Lumière » (dixit San Antonio) et deux V tenus par une ficelle pour censurer la « boîte à biscuits » et la « malle arrière ». Il donne à son invention le nom de bikini, en hommage à la bombe atomique a [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles