737 MAX : 13 compagnies chinoises demandent des compensations à Boeing

La Chine a cloué au sol ses Boeing 737 MAX dès le 11 mars, c’est-à-dire au lendemain du crash de l’avion de d’Ethiopian Airlines

L’association chinoise des transporteurs va aider ses compagnies à réclamer des indemnisations à l’avionneur américain, alors que leurs appareils sont cloués au sol depuis le 11 mars.


La Chine avait été le tout premier pays au monde à ordonner le 11 mars à ses transporteurs de clouer au sol les Boeing 737 MAX, après les deux drames aériens qui avaient coûté la vie à 346 personnes.

Vendredi, l’association chinoise des transporteurs aériens a annoncé qu’elle aiderait 13 de ses compagnies à réclamer des indemnisations à l’avionneur américain, estimant à 520 millions d'euros les pertes entraînées par l’interdiction de vol de leurs 737 MAX.

Des pertes qui ne cessent de s’accroître

« À mesure que le temps passe, les pertes (des compagnies aériennes) vont encore s’accroître », a indiqué l’Association chinoise du transport aérien (Cata) dans un communiqué. « Il n’est actuellement toujours pas possible de connaître la date de remise en service de ce type d’appareil. »

D’ici à la fin juin, le secteur chinois du transport aérien aura cumulé des pertes estimées à 4 milliards de yuans (520 millions d'euros), a souligné l’association. Selon le dernier bilan officiel, ces 13 compagnies aériennes chinoises ont cloué au sol un total de 96 Boeing 737 MAX 8.

Les pertes sont liées à l’interdiction de vol visant les appareils déjà présents dans leurs flottes, mais aussi aux reports de livraisons d’avions commandés à l’avionneur américain. Plus tôt cette semaine, les trois principales compagnies aériennes chinoises -China Southern, China Eastern et Air China- ont demandé officiellement des indemnisations à Boeing.


LIRE AUSSI > Boeing 737 MAX : facture salée pour les compagnies aériennes américaines

En pleine guerre commerciale sino-américaine

Le constructeur avait reconnu la semaine passée avoir corrigé un défaut dans le logiciel des simulateurs avec lesquels sont formés les pilotes du 737 MAX. Il doit soumettre pour évaluation à l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) le (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Déclarer sa nounou ou son assistante maternelle : Pajemploi devient plus simple
Comment une restauratrice versaillaise s’est retrouvée avec Uber à Wall Street
Le smartphone chinois Realme débarque pour séduire les jeunes
L’enseigne Toupargel supprime 265 postes après de lourdes pertes
Cinq alternatives pour nos futurs déplacements