« 72 heures du livre » : Conakry ouvre ses bras à l’Afrique

Avec ses « 72 heures du Livre », Conakry se veut une capitale africaine du Livre.
Avec ses « 72 heures du Livre », Conakry se veut une capitale africaine du Livre.

En cette période de transition en Guinée, la 14e édition des « 72 heures du livre de Conakry » avait une résonance particulière en ce qu'elle a véritablement mis en exergue la dimension culturelle forte du pays. Pour ce faire, Sansy Kaba Diakité, le délégué général, et son adjoint, Mohamed Lamine Camara, ont mobilisé bien des énergies pour confectionner un programme riche autour de lectures d'extraits de romans, de poésies, de tables rondes, d'ateliers de travail, de masters classes, de conférences suivies de débats, de dédicaces d'ouvrages publiés en Afrique, d'expositions de peinture et de projections de films ainsi que de documentaires. En accord avec la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur décrétée par l'Unesco, ce rendez-vous des « 72 heures du livre de Conakry » a été lancé en 2009 aux fins de célébrer les écrivains ainsi que le livre de par le monde tous les 23 avril.

À LIRE AUSSIGoncourt à Mbougar Sarr : « Nous sommes très fiers qu'il soit sénégalais »

Pourquoi « 72 heures » et non « 24 » ?

La question mérite d'être posée. Réponse avec humour de Sansy Kaba Diakité : « C'est pour qu'en Guinée, chaque année, nous rattrapions le temps perdu ! » Avec Mohamed Lamine Camara, Sansy Kaba Diakité ne cesse de répéter que l'objectif ultime est de faire de Conakry la « capitale africaine du livre ». Et cela se voit. L'équipe organisatrice de L'Harmattan-Guinée est totalement habitée par cette idée. Rien n'est laissé au hasard et Conakry inclut avec bonh [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles