7 raisons de craindre un bond de l'inflation selon un professeur d’économie de Princeton

·1 min de lecture

L’inflation est restée relativement sage, ces dernières années, dans les grandes puissances. Depuis 2015, elle a évolué entre 0 et 3% aux Etats-Unis et ressort à 1,7% actuellement. Elle reste également mesurée de ce côté-ci de l’Atlantique : +0,4% en France, +1,6% en Allemagne, +0,6% en Italie… Pour autant, un frémissement est perceptible et les craintes inflationnistes tendent à augmenter. “Les autorités monétaires et budgétaires ont tout fait pour ramener le plus tôt possible l’activité et les prix à leur situation de pré-pandémie, que ce soit en termes de programmes d’achat d’actifs massifs ou de vastes plans de relance. Cette situation commence tout juste à engendrer une certaine hausse des prix”, relève à cet égard Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements chez Natixis Wealth Management.

Avec les vaccins anti-Covid-19, les investisseurs en actions espèrent tourner la page de la crise du Covid-19 et les Bourses ont connu de beaux parcours ces derniers mois. Cependant, en cas de reprise rapide de l’économie, nous devrons faire face à un regain d'inflation. “Tout au long de la crise sanitaire, les forces déflationnistes de l'économie réelle se sont opposées à l'influence inflationniste des choix des décideurs politiques. Le plus grand danger à venir est une inflation que les décideurs politiques prendraient trop de temps à juguler", avertit Paul Brain, responsable de la gestion obligataire chez Newton Investment Management.

>> A lire aussi - Attention, l’inflation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : Jean Castex se tient "prêt à tout moment à prendre des mesures" pour l'Ile-de-France
Covid-19 : les lieux clos et les repas, principaux vecteurs de contamination
Couvre-feu : ce nouveau motif qui vous permet de sortir après 18 heures
L’Italie bascule en confinement face à la nouvelle vague de Covid-19
L’UE va poursuivre le Royaume-Uni pour avoir violé l’accord de Brexit