7 objets interstellaires du type d’Oumuamua nous rendraient visite chaque année

·2 min de lecture

Des astres formés près d’une autre étoile que la nôtre passeraient régulièrement au voisinage de la Terre, annonce une équipe internationale d’astronomes. De quoi aiguiser l’appétit des chercheurs pour ces visiteurs interstellaires qui recèleraient des informations inestimables sur les systèmes extrasolaires et la singularité de celui où nous habitons.

La détection des deux premiers objets interstellaires, en 2017 puis 2019, a suscité une flopée de publications scientifiques et lancé littéralement un nouveau champ de recherche. L’existence de tels vagabonds issus et éjectés par d’autres systèmes stellaires que le nôtre, qui au gré de leurs (très longues) pérégrinations feraient irruption dans le Système solaire, était certes prévue depuis longtemps. L’objet qui est nous est finalement parvenu et qui a été découvert il y a quatre ans par le télescope Pan-STARRS1, à Hawaï, a toutefois énormément surpris les astronomes.

Oumuamua est arrivé par le dessus du Système solaire. Crédits : ESA

Un objet très rapide et à l’allure étrange

En raison de son allure étrange, tout d’abord, assimilée dans un premier temps à une sorte de "cigare" mais qui ressemblerait en réalité… à une "grosse crêpe" ! Mais surtout de sa cinématique – son mouvement au voisinage du Soleil étant à la fois très rapide et accéléré. Baptisé 1I/`Oumuamua ("messager" ou "éclaireur" en langue hawaïenne), le bolide d’environ 50 mètres de diamètre a été considéré ainsi, tour à tour, comme une comète, un astéroïde (hypothèse la plus probable), un iceberg d’hydrogène… et tout dernièrement comme un fragment d’exoplanète gorgé de glaces d’azote (à l’instar de Pluton ou de Triton, un des satellites naturels de Neptune). Sans oublier la théorie – pour le moins improbable – d’un vaisseau extraterrestre, réaffirmée dans un par l’astrophysicien américain Abraham Loeb.

Oumuamua a d'abord été considéré comme une sorte de "cigare spatial", un objet de forme oblongue. Crédits : European Southern Observatory / M. Kornmesser

Une chevelure produite par la sublimation des glaces

Dénommé 2I/Borisov (du nom de son découvreur ukrainien, l’astronome amateur Guennadi Borisov), le second objet interstellaire serait dix fois plus gros : plus de 500 mètres de large manifestement. Et les scientifiques n’ont cette fois guère eu de doute sur sa nature cométaire, une "chevelure" pro[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi