7 millions d'Ukrainiens privés d'électricité, les villes d’Odessa et Dnipro à nouveau frappées

Une nouvelle vague de frappes russes a touché jeudi 17 novembre, dans la matinée, plusieurs régions d'Ukraine, faisant au moins un blessé, ont annoncé les autorités ukrainiennes. À Dnipro, deux sites d'infrastructure ont été touchés et une personne a été blessée, a indiqué la présidence. À Kyiv, deux missiles de croisière ont été abattus par la défense ukrainienne, alors que près d'Odessa, des infrastructures ont été touchées, selon les autorités régionales respectives.

Sept millions de foyers n'étaient plus alimentés en électricité en fin de journée. A Lviv, ville la plus éloignée du front et proche de la Pologne, un tiers des habitants sont plongés dans le noir et le froid depuis deux jours. Une mère de famille témoigne: "nous avons entendu les deux explosions. La première explosion s'est produite pendant que nous étions dans un refuge, alors j’ai attrapé mes enfants. La deuxième explosion était très puissante. La maison tremblait. J'avais peur que cela se produise dans notre arrière-cour, nous pouvions entendre les explosions."

La probabilité d'une victoire militaire ukrainienne, définie par l'expulsion des Russes du pays, en incluant ce qu'ils définissent comme la péninsule de Crimée n'est pas militairement élevée

A Kyiv, ces frappes ont fait un mort et privé de courant une majorité des habitants. Le dirigeant russe Vladimir Poutine est accusé de vouloir geler les Ukrainiens, en représailles aux revers militaires que connaît son armée depuis plusieurs mois. À l'approche de l'hiver, les avancées des troupes de Kyiv ralentissent. Un constat également observé par Washington."La probabilité d'une victoire militaire ukrainienne, définie par l'expulsion des Russes du pays, en incluant ce qu'ils définissent comme la péninsule de Crimée n'est pas militairement élevée" a déclaré le Général Mark Milley, chef d'état-major américain.

Le ministère de la Défense russe a publié des vidéos de ses drones utilisés lors des bombardements. Des images censées prouver que Moscou ne cible que des infrastructures énergétiques militaires ennemies, sans bavure sur les civils.