7 astuces pour lutter contre l'allergie aux pollens

Maxime Poul et David Fernandes
·5 min de lecture

Votre allergie aux pollens vous rend déjà la vie dure en ce début de printemps 2021 et vous allez en avoir encore pour plusieurs mois ? Sachez qu’il existe plusieurs astuces pour limiter ses effets désagréables au quotidien.

L’allergie aux pollens concerne “au moins 20% de la population” française, selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA). Ce taux, qui ne cesse d'augmenter depuis plusieurs décennies, montre l’ampleur du problème. Si le printemps est sans doute l’une des plus belles périodes de l’année, c’est également le moment où la saison de pollinisation bat son plein et fait de nombreuses victimes. Les nombreux symptômes qui accompagnent les allergies saisonnières sont ainsi un véritable fléau pour beaucoup. Mais pour y faire face, il existe quelques bonnes habitudes à prendre afin de limiter votre exposition aux pollens.

Twitter/ @Massimo_Turro
Twitter/ @Massimo_Turro

Plusieurs conseils à suivre

  • Limiter les sorties lors du pic de pollens

“Le pic de pollens a lieu le midi, lorsqu’il fait beau et qu’il y a du vent“, explique Édouard Sève, allergologue et membre du RNSA. “Il faut donc éviter de sortir à ce moment-là.” Bien évidemment, il faut limiter les activités qui peuvent nous faire entrer en “contact direct” et rapide avec le pollen. “Il faut surtout éviter de faire du jardinage ou de passer la tondeuse“, précise-t-il également. “Si on a le nez dedans, ça ne risque pas de s’améliorer.” Si vous devez malgré tout jardiner, protégez-vous avec un masque par exemple, un équipement que vous avez sans aucun doute à la maison. Médecin allergologue à Paris, Isabelle Begon-Bagdassarian conseille par exemple aux footeux sensibles aux pollens d’éviter “de jouer au foot dans l’herbe en pic pollinique ou de se rouler dans l’herbe”. Les personnes concernées par les allergies aux pollens doivent limiter au maximum les sports ou autres activités en extérieur pour éviter les crises d'allergiques.

  • Fermer les fenêtres en journée

“Il faut fermer les fenêtres en journée pour éviter que les pollens rentrent“, conseille Édouard Sève. Il est impératif d'aérer votre intérieur lorsque la concentration de pollen est minimale dans l’air, soit très tôt le matin, avant le lever du soleil ou tard le soir après le coucher du soleil. Il faut éviter d’aérer votre logement lorsque le vent se fait ressentir, car il transporte les pollens. Privilégiez les jours de pluie, car celle-ci empêche la libération des pollens par les plantes et leur dispersion. En voiture, privilégiez la climatisation à l’ouverture des fenêtres.

À LIRE AUSSI >> Vous êtes allergique aux pollens ? Certains aliments sont peut-être à éviter

  • Éviter de faire sécher votre linge dehors

“Le pollen se colle sur le linge humide“, rappelle Édouard Sève. Si vous faites sécher votre linge dehors, le pollen s’accumulera sur vos vêtements et vous n’y échapperez pas lorsque vous les porterez. Privilégiez donc plutôt l’intérieur de votre logement pour faire sécher vos vêtements.

  • Protéger ses yeux

Les allergies aux pollens touchent fortement les yeux, par le biais de nombreux symptômes : démangeaisons, larmoiement voire un œdème… Il est donc important de limiter leur exposition aux pollens. “Mettre des lunettes de soleil protège les yeux“, souligne Édouard Sève. “Ne pas protéger ses yeux en deux-roues est une erreur”, estime Isabelle Begon-Bagdassarian. Sortez équipé, notamment en période de pic de pollens.

  • Se laver en rentrant

“Il faut prendre une douche en rentrant pour rincer les pollens collés au visage ou dans les cheveux”, alerte le membre du RNSA. “Le but est d’éviter d’en mettre sur l’oreiller en se couchant et du coup, d’être gêné chaque nuit.” Le pollen s’accumule sur l’individu dans la journée et en particulier dans les cheveux. Il est donc important de les rincer tous les soirs. Le port d'un chapeau ou une casquette permet donc de limiter l’accumulation de pollen sur vos cheveux. Pensez également à changer de vêtements lorsque vous rentrez chez vous, notamment après la douche.

À LIRE AUSSI >> Pourquoi l'allergie aux pollens touche plus de monde qu'il y a 50 ans ?

  • Changer ses draps

Aussi confortable et sympathique qu’il puisse paraître, votre lit est un véritable nid à pollens, tout particulièrement si vous ne suivez pas les conseils cités précédemment. Il est donc souhaitable, durant les pics de pollens, de changer régulièrement les draps. Il en va de même pour vos rideaux, qui sont susceptibles d’accumuler de la poussière et du pollen.

Twitter / @rnsa_pollen
Twitter / @rnsa_pollen
  • Identifier le pollen auquel on est allergique

“Un bon conseil est de connaître le pollen auquel on est allergique”, prévient Édouard Sève. “Pour cela, il faut consulter un allergologue pour faire des tests. Une fois le pollen identifié, on peut être informé de son arrivée et des pics via un réseau de capteurs de pollens.” Vous pouvez trouver ces informations sur le site du RNSA ou en téléchargeant l’application Alertes Pollens afin d'être prévenu et de pouvoir appliquer les mesures citées précédemment.

La désensibilisation, la solution ?

Si les astuces que nous venons de citer sont des mesures pour éviter le pollen, il existe un traitement susceptible de réduire les symptômes de l’allergie aux pollens à long terme. Il s’agit de l’immunothérapie allergénique, également nommée désensibilisation. Il s'agit d'un traitement visant à administrer, sur une longue durée, des doses croissantes de l’allergène chez l’individu, pour rééduquer son système immunitaire et augmenter son niveau de tolérance envers l’allergène. L’administration de l’allergène peut être sublinguale, qui reste la méthode la plus courante, ou sous-cutanée, via des injections. À terme, le corps est censé s’habituer et tolérer la présence du pollen. Attention cependant à ces traitements qui n'ont pas le même effet sur chacun d'entre nous.

Twitter/ @chloe_bbnk
Twitter/ @chloe_bbnk
Twitter/ @tocuremyheart
Twitter/ @tocuremyheart

 Si vous présentez des symptômes d’allergies aux pollens, le mieux à faire reste bien évidemment d’en discuter avec un allergologue, qui vous guidera sur la marche à suivre.

Ce contenu peut également vous intéresser :