Dérives sectaires : la popularité grandissante de Thierry Casasnovas, le gourou de la santé

Avec ses quelques 532 000 abonnés sur sa chaîne Youtube, Thierry Casasnovas fait partie des figures les plus influentes de la santé alternative. Ce gourou des systèmes santé est toutefois dans le viseur de la Miviludes, qui lutte contre les dérives sectaires. L'organisme d'Etat a reçu plus de 600 signalements à son sujet depuis 2016. Son mantra ? La maladie n'existe pas, et tout peut se soigner avec une alimentation saine, à base de jus. Or, si les jus sont bons pour la santé, ils ne suffisent pas à protéger du cancer. Le juteux business de la désinformation Ses propos ne s'arrêtent pas là. Au fil de ses vidéos, Thierry Casasnovas alimente un discours anti-médecine et prône l'arrêt des soins classiques. "Tant que tu resteras sous trithérapie, non seulement tu ne régénères pas, mais tu atteins encore plus ton corps", affirme-t-il par exemple. Le gourou des jus a en réalité une cible : les Big Pharma. Il entretient l'idée que les laboratoires pharmaceutiques se sont alliés pour gagner de l'argent dans le dos des malades. "La chimiothérapie n'apporte qu'une seule chose, c'est 50 000 euros à la personne qui va la vendre", déclare-t-il, la décrivant comme "du poison". En se posant comme thérapeute, le Youtubeur n'hésite pas à mettre en danger ceux qui le suivent. Suite aux signalements refus par la Miviludes, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour mise en danger d'autrui. Le nombre d'adeptes du gourou, lui, continue d'augmenter. De quoi alimenter son business, entre séminaires payants et contrat commercial avec une marque d'extracteur de jus.