Quelque 6900 volontaires tentés par la réserve opérationnelle de la police nationale

Police (illustration) - -
Police (illustration) - -

"Encore un abus de pouvoir inacceptable", tançait ce week-end le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon après la mort d'une femme touchée par des tirs de policiers à Paris alors qu'elle se trouvait dans un véhicule dont le conducteur a refusé d'obtempérer. Loin du contexte de critiques et de polémiques après le fiasco du Stade de France ou l'évacuation polémique de la gare de l'Est dimanche, la police nationale se félicite d'attirer les volontaires.

Près de 6900 Français se sont ainsi portés candidats pour intégrer la réserve opérationnelle de la police nationale depuis le mois de mars, a appris BFMTV.com confirmant les informations du Figaro. Une satisfaction, voire "une surprise", face à cet engouement, se réjouit-on du côté des autorités.

Une majorité d'hommes volontaires

Annoncée en septembre 2021 par Emmanuel Macron, la réserve opérationnelle de la police nationale a été officialisée par la loi du 24 janvier 2022 transformant ainsi la réserve citoyenne déjà existante, mais composée en grande majorité de policiers à la retraite, afin de se calquer sur le modèle de la gendarmerie forte de 23.000 hommes et femmes. L'objectif est alors d'inverser le ratio avec une réserve composée à 70% de citoyens.

L'autre ambition de cette réserve opérationnelle est de renforcer le lien entre la maison police et les Français, et notamment les jeunes. Selon un sondage Elabe pour BFMTV , la confiance en la police a fortement baissé ces dernières années passant à 60% (-9 points en six mois en décembre 2020, (-16 points par rapport à avril 2019).

Alors que l'objectif que s'est fixé la police nationale est de 30.000 réservistes, 6861 citoyens se sont portés volontaires depuis début mars. Pour l'heure, une grande majorité d'hommes se sont portés candidats (84% contre 16% de femmes). Les employés sont également les plus représentés (43%) devant les professions intermédiaires (21%), les cadres supérieurs et les professions intellectuelles (11%) et les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (3,4%). 12% des candidats sont également étudiants, alors que l'ambition de la police est de "favoriser l'engagement citoyen de la jeunesse".

Formations

Ces candidats vont voir leur dossier soumis à un examen de moralité avant la réunion d'une commission et avant d'être soumis à un examen médical. Suivra ensuite une formation de 200 heures. Une première formation de 15 jours se déroulera dans les casernes de CRS, formation au cours de laquelle les futurs réservistes apprendront le tir, la déontologie ou les techniques d'interpellation. Deux autres semaines seront ensuite réalisées au sein de l'unité d'affectation des citoyens, à proximité du domicile du volontaire.

Le réserviste nommé au grade de policier adjoint réserviste se verra "confier des missions opérationnelles de voie publique au contact de la population sous réserve de la validation de leur formation initiale obligatoire au maniement et à l'usage de l'arme et en renfort des policiers actifs", explique-t-on à la direction générale de la police nationale.

Une première session de formation devrait avoir lieu à l'automne. Au total, les réservistes pourront être mobilisés au maximum 90 jours par an, avec des missions, en tenue, de sécurité routière, de police-secours et très minoritairement de police judiciaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles