"66 millions de procureurs": Jadot appelle Macron à user de "l'intelligence collective"

·2 min de lecture
Yannick Jadot photographié le 9 décembre 2020

L'eurodéputé Yannick Jadot a souligné vendredi la nécessité de "l'intelligence collective" plutôt que "la prétention d'un seul" dans la gestion de la crise sanitaire, au lendemain des propos d'Emmanuel Macron fustigeant "66 millions de procureurs" en France.

Critiquant un "mode de gestion de la crise très solitaire", Yannick Jadot a appelé sur France 2 à réunir "autour du conseil scientifique les grands élus locaux, le patronat, les syndicats, les forces politiques" et à "partager les informations": "plutôt que la prétention d'un seul, il faut l'intelligence collective", a-t-il plaidé.

Dans une allusion aux nombreuses critiques sur cette gestion par le gouvernement, le chef de l'Etat a regretté jeudi la "traque incessante de l'erreur" en France, devenue selon lui "une nation de 66 millions de procureurs", des propos qui ont suscité de vives réactions dans les rangs de l'opposition, de la gauche à l'extrême droite.

"La situation est extrêmement difficile, les Français font beaucoup d'efforts, il y a beaucoup de déprime, d'angoisse, de situations de décrochage social extrêmement lourdes, et le président engueule les Français: ce n'est pas à la hauteur de sa responsabilité", a déploré M. Jadot.

"Ce président a un problème avec la démocratie, tout simplement", a abondé le secrétaire national d'EELV Julien Bayou sur franceinfo en critiquant son "arrogance": "ce n'est pas comme ça qu'on fait face aux crises: on fait face avec de l'empathie, de la concertation, de la gravité".

"C'est évident que vous et moi on doit pouvoir avoir un avis sur la stratégie, sur les pénuries de doses (de vaccin), sur les différents allers-retours sur les masques", a défendu M. Bayou, et "ça n'est pas être procureur que de dire +donnez-nous des moyens pour pouvoir nous projeter+".

Julien Bayou a réclamé une plus grande "concertation avec les élus locaux" et "la publication immédiate des avis du rapport scientifique" qui fonde les décisions prises par le gouvernement.

ggy/jk/shu