66.000 primo-vaccinations : un record obtenu grâce aux propos choc d'Emmanuel Macron ?

·1 min de lecture

Un record dont se félicite la majorité. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé hier devant l'Assemblée que 66.000 primo-vaccinations venaient d'être enregistrées, au lendemain des propos choc d'Emmanuel Macron . Ce chiffre n'avait jamais été atteint depuis le 1er octobre dernier. Comment expliquer ce rebond ? Quelles sont les personnes qui ont décidé de sauter le pas, et pourquoi maintenant ? 

"Je suis venue à reculons"

Au centre de vaccination de Nogent-sur-Marne, en banlieue parisienne, on trouve d'abord les plus réfractaires, ceux qui ont essayé de repousser coûte que coûte la piqûre. Mais pour Linda, 24 ans, ne pas avoir de pass sanitaire était devenu beaucoup trop contraignant.

"Franchement, je suis venue à reculons. Je le fais parce que je n'ai pas le choix", témoigne-t-elle au micro d'Europe 1. "Je me suis fait tester. J'ai payé 25 euros pour le test antigénique et actuellement, je n'ai pas assez de ressources", explique l'étudiante, lassée des restrictions. "Je ne peux pas aller au resto, je ne peux pas aller au cinéma. Je n'étais pas assez convaincue pour me faire vacciner, je ne le suis toujours pas". 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

De plus en plus de primo-vaccinations

Mais ils ne sont pas tous aussi réticents. Sandrine, par exemple, a préféré attendre parce qu'elle était enceinte. "J'ai accouché là, ça fait trois mois. J'ai arrêté d'allaiter. Pour moi, c'était normal de ne pas me faire vacciner. C'était toujours par précaution...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles