650.000 tests en moins entre mars et septembre : quand le Covid-19 perturbe le dépistage du VIH

·1 min de lecture

L'ONUSIDA, le programme commun des Nations Unies sur le Sida, estime que d'ici à 2022 près de 300.000 personnes supplémentaires pourraient être contaminées par le VIH dans le monde. Et la pandémie de Covid-19 pourrait aggraver encore ces chiffres, faute de dépistage. Pour sa nouvelle campagne d'appel aux dons qui débute samedi, Sidaction alerte sur l'impact de la crise sanitaire dans la lutte contre la maladie. Les associations sont sursollicitées par la précarisation des bénéficiaires, des projets de recherche sont suspendus et les activités de prévention sont réduites, voire arrêtées.

>> LIRE AUSSI - Sidaction : 33% des jeunes estiment être mal informés sur le VIH

650.000 tests de moins entre mars et septembre

Un autre chiffre alerte particulièrement : le nombre de dépistages a chuté de 50% dans certains pays et de 10% en France. Entre mars et septembre 2020, il y a eu 650.000 tests de dépistage du VIH de moins que d'habitude. Ils n'ont pas été rattrapés depuis.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

"Aujourd'hui, lorsqu'on est dépisté tôt et traité immédiatement, au bout seulement de quelques mois, le virus ne se réplique plus dans le corps, grâce à la qualité des traitements. On va vivre longtemps et en bonne santé. Et surtout, on ne va pas transmettre le virus", explique Sandrine Fournier, directrice du pôle financement et recherche du Sidaction. "Prendre un traitement lorsque l'on est séropositif pour le VIH, c'est ne pas transmettre ...


Lire la suite sur Europe1