Il y a 65 ans, EDF produisait le premier kWh électrique d’origine nucléaire

·1 min de lecture
La centrale nucléaire de Marcoule en 1956.  
La centrale nucléaire de Marcoule en 1956.

Tous les regards sont rivés sur le cadran indiquant la puissance électrique. L?aiguille va-t-elle décoller du zéro, cette fois-ci ? Les nombreux ingénieurs et officiels présents dans la salle de commande, ce 25 septembre 1956, retiennent leur souffle. Quatre jours plus tôt, la première tentative de couplage du réacteur G1 de Marcoule avec le générateur électrique s?était soldée par un échec. Le premier avait été incapable de fournir la puissance nécessaire pour entraîner l?alternateur. Les ingénieurs s?étaient alors penchés sur la bête durant 96 heures. On va bientôt savoir si leur réparation a payé.

Oui, l?aiguille bouge ! Sous les yeux soulagés de l?assistance, G1 crache ses premiers kilowattheures. Il a suffi de quelques secondes pour que la France bascule dans l?ère de l?électricité nucléaire. Mais à l?époque, on ne se rendit pas compte de la révolution énergétique qui se préparait. Les kilowattheures électriques n?étaient qu?un bonus à l?affaire principale du réacteur G1 : la production de plutonium pour garnir les bombes nucléaires françaises. C?était l?obsession du général de Gaulle.

18 mois de travaux

Cela a été clair dès le début. Comme la France ne dispose pas d?uranium enrichi et d?eau lourde pour obtenir du plutonium, elle charge le CEA (Commissariat à l?énergie atomique) de fabriquer une pile atomique (aujourd?hui, on parle de réacteur nucléaire) pour en produire. En 1955, le CEA décide de l?installer dans un bled paumé, peu peuplé. C?est Marcoul [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles