“60 millions de réfugiés à venir en Europe” : un faux tweet de la BBC sur Emmanuel Macron

·4 min de lecture

Un faux tweet de la chaîne d’information internationale britannique BBC prétend relayer une déclaration d’Emmanuel Macron qui aurait annoncé l’arrivée dans les vingt prochaines années de “60 millions de réfugiés” sur le sol européen. Non seulement ces propos n’ont pas été tenus par le président candidat à sa réélection, mais la BBC n’a jamais fait ce tweet.

Le supposé tweet de la BBC aurait été publié via son compte officiel, si on en croit le logo “validé” bleu accolé au nom du compte Twitter. Il indique en anglais qu’Emmanuel Macron aurait déclaré : “L'Europe doit être prête à accepter jusqu'à 60 millions de réfugiés d'Afrique et du Moyen-Orient au cours des 20 prochaines années, car les sanctions russes entraîneront un effondrement économique en Afrique en raison de sa dépendance aux importations de blé russe.”

On en retrouve des captures d’écran à la fois sur Twitter mais également sur Facebook, certains utilisateurs présentant cette déclaration comme une “promesse de campagne” du président sortant.

Ce tweet n’existe pas

Comme l’ont rapidement noté des journalistes de la BBC, ce tweet n’a jamais été fait par le média britannique. En allant vérifier la date supposée du tweet, le 11 avril à 18 h 26, sur le compte de @BBCWorld, on ne retrouve aucun tweet cet horaire, seulement un à 18 h 22 sur l’élection présidentielle française.

La photo visible dans le tweet a été utilisée dans un article publié le même jour un peu plus tôt sur le compte Twitter de la BBC. Le titre de l’article en anglais est : “Élections françaises : Macron vise Le Pen alors que le second tour commence”, et aucune mention de la question des réfugiés n’est visible dans l’article.

Le faux tweet a été fortement relayé sur l’application de messagerie instantanée Telegram, notamment le 17 avril, dans une chaîne se présentant comme un “agrégateur de nouvelles russes qui couvre les conflits/géopolitiques et les nouvelles urgentes du monde entier” (sic). Elle avait été vue plus de 130 000 fois au 18 avril. Il est, cependant, impossible d’en connaître l’origine exacte à ce stade.

“La cible probable de ce type de tromperie sont les utilisateurs qui ne lisent que les gros titres”

Olga Robinson fait partie de l’équipe BBC Monitoring qui lutte contre la désinformation, et qui a repéré le faux tweete. Elle détaille :

Il est vraiment difficile d'évaluer de manière fiable le nombre de comptes qui ont partagé une publication sur Telegram et de trouver la source d'une allégation sur cette plateforme, car les journalistes n'ont accès qu'à des données limitées et ne peuvent rechercher du contenu que parmi les chaînes qu'ils suivent eux-mêmes ou qu'ils ont trouvées ailleurs. Il est très probable que cette publication avec un faux tweet de la BBC ait circulé sur des publications qui ne sont pas sous notre surveillance.

Le schéma de diffusion que nous observons est proche de celui de la fausse vidéo de la BBC accusant l’Ukraine de cibler la gare de Kramatorsk [qui a circulé la semaine dernière, NDLR]. En quelques heures, le clip s'est propagé des chaînes Telegram anonymes aux flux Twitter de certains responsables russes ainsi qu'à la télévision d'État russe. C’était également le cas à la suite de l'attentat à la bombe contre la maternité de Marioupol lorsque des comptes pro-Kremlin et pro-russes - agissant presque à l'unisson - ont diffusé de fausses informations sur les femmes enceintes blessées dans l'attaque.

Bien que ces contenus soient assez faciles à démystifier pour les journalistes et les vérificateurs de faits, la cible probable de ce type de tromperie sont les utilisateurs qui ne lisent que les gros titres ou ne partagent des informations que de manière impulsive, sans les vérifier au préalable. C'est pourquoi il est si important de faire une pause avant de partager quoi que ce soit sur les réseaux sociaux et de vérifier la source originale des allégations supposées.

Pas de trace de la déclaration

Une recherche avec les mots clés “60 millions de réfugiés Europe Macron” sur différents moteurs de recherche ne permet d’ailleurs pas de retrouver l’origine de cette déclaration attribuée à Emmanuel Macron. On la retrouve simplement relayée dès le 17 avril sur Twitter, sans aucune source.

Dans le programme du président sortant, ce dernier a indiqué vouloir “prendre sa part dans l’accueil des réfugiés” sans préciser aucun chiffre, et a affirmé ces dernières semaines défendre un mécanisme de solidarité “à la carte” pour soulager les États de première entrée, tout en contraignant ceux qui veulent s’en affranchir à d’autres efforts financiers ou matériels.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles