60 millions d'années d'évolution vers une impasse pour les manchots

Jacqueline Deely

Alors qu'ils se sont parfaitement adaptés aux changements climatiques et au milieu marin par le passé, les manchots pourraient avoir des difficultés à faire face au réchauffement actuel.

Il y a plus de 60 millions d'années, sans doute peu après la disparition des dinosaures non aviens et des grands reptiles marins, les ancêtres des manchots ont perdu la capacité de voler et se sont par la suite hautement spécialisés pour l'exploration et la conquête des océans. Pas vraiment dans un milieu glacé puisqu'à l'époque, il n'y avait pas encore de calottes glaciaires polaires et des températures plutôt tempérées régnaient au large de la Nouvelle-Zélande où les plus anciens fossiles de manchots ont été découverts.

Une histoire qui se complète

Plusieurs études ont déjà tenté de remonter l'histoire des manchots pour y déceler les évènements clés qui ont conduit à des changements évolutifs au sein de cette lignée. Mais ce nouveau travail dirigé par Theresa Cole du Centre Villum pour la biodiversité de l'Université de Copenhague est sans doute le plus complet. Avec ses collègues, elle a analysé les données génomiques de toutes les lignées vivantes et récemment éteintes puis y a incorporé les éléments connus concernant plusieurs espèces fossiles afin de reconstruire l'histoire évolutive des manchots.

Le résultat, publié dans la revue , indique que la diversification des manchots a été motivée par les oscillations climatiques mondiales entre les périodes froides et chaudes qui ont conduit à la contraction des populations d'espèces individuelles puis à leur expansion dans tout l'océan Austral. Les auteurs ont également examiné le processus évolutif de gènes individuels entre les lignées de manchots et ont identifié des gènes pouvant jouer un rôle dans la thermorégulation, l'oxygénation, la plongée, la vision, l'alimentation et la taille corporelle. Leurs analyses suggèrent, par exemple, que les ancêtres des manchots ont réglé leur vision des couleurs et leur sensibilité visuelle pour mieux correspondre à la lumière bleue ambiante de l'océan.

Un avenir sombre

Les auteurs soulignent aussi que les manchots et leur groupe frère, les Procellariiformes qui comprennent d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles