"60 millions de consommateurs" met en garde contre les aliments sans gluten

Valentin Etancelin

SANTÉ - Plus qu'une véritable mode, les aliments sans gluten se sont imposés dans les rayons de nos supermarchés. Élaborés pour les malades chez qui le gluten provoque, entre autres, des vomissements et des diarrhées chroniques, ces produits se retrouvent aujourd'hui dans les paniers de nombreux autres Français. La raison? On en vante les propriétés apaisantes pour la digestion. Ce que relativise 60 millions de consommateurs dans son nouveau numéro, ce jeudi 12 juillet en kiosques.

Dans ce hors-série dédié à l'envers du décors du "business" des produits naturels, le mensuel s'est intéressé au marketing des pains, pâtisseries et autres denrées alimentaires préparées sans les fameuses protéines qui assurent habituellement leur moelleux. D'après les auteurs de l'enquête, le marché du sans gluten, qui touche même la nourriture pour animaux et les cosmétiques, jouit du contexte de méfiance des consommateurs vis à vis de l'industrie agro-alimentaire.

Soucieux de manger plus sainement, ils se dirigeraient plus facilement vers ce genre de produits, les pensant meilleurs pour la santé. Et ce, même s'ils coûtent parfois deux fois plus chers que des produits similaires avec gluten. "Dans un supermarché français, un paquet de 400 grammes de spaghettis Barilla sans gluten coûte environ 2 euros, quand les pâtes 'normales' sont à 0,80 euros les 500g", peut-on lire dans l'article.

Danger pour la santé

Au-delà de l'absence d'intérêt pour les personnes non malades de consommer des produits sans gluten, 60 millions de consommateurs alerte sur les dangers d'une telle alimentation. Premièrement, bannir ces protéines de son régime empêche le diagnostic de la maladie. Deuxièmement, cela peut évidemment provoquer des carences.

Enfin, et c'est un argument non négligeable, ce genre de produit n'est pas forcément bon diététiquement. Pour pallier l'absence de gluten, les industriels utilisent de nombreux additifs dans leurs recettes. C'est notamment le cas pour les cookies cacao...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post