Publicité

6 février 1934: une émeute d’extrême droite fait trembler la République à Paris

Tentative de coup d’État fasciste pour les uns, tragédie des patriotes pour les autres, le 6 février 1934 fut une journée meurtrière, dont les conséquences politiques furent hors norme, à court et moyen terme. Elle reste aujourd’hui le symbole de la fragilité du régime parlementaire et le signe avant-coureur de la montée d’une tentation autoritaire qui trouvera sa pleine mesure dans la collaboration.

Au début de l’année 1934, la France ressent, avec retard et moins de force que les pays voisins, la crise économique que l’effondrement de la Bourse de Wall Street, cinq ans plus tôt, a répercuté sur une large partie du continent européen. En janvier 1933, ses secousses ont contribué à emporter la République de Weimar et à placer Adolf Hitler au pouvoir.

En France, la crise fragilise un régime parlementaire critiqué pour son instabilité – on ne compte pas moins de cinq gouvernements en deux ans. Le Parti communiste, qui suit la ligne « classe contre classe » éditée par Moscou, voit dans tous les autres partis des instruments de la bourgeoisie. L’extrême droite s’appuie sur les rancœurs des anciens combattants de la Grande Guerre et la montée du chômage.

Une extrême droite obsédée par le « complot juif et franc-maçon »


Lire la suite sur RFI