6 braquages spectaculaires qui ont marqué l'histoire en France

Plus de 100 millions d'euros de bijoux ont été dérobés par un seul homme lors d'une exposition au Carlton de Cannes en juillet 2013. (REUTERS)

Une boutique Chanel de Paris a été braquée par 4 individus masqués et armés jeudi après-midi, pour un préjudice estimé à plusieurs millions d'euros. Yahoo revient sur les 6 braquages les plus spectaculaires en France.

Ce jeudi 5 mai, une boutique située près de la place Vendôme à Paris a été braquée par 4 individus masqués et armés en plein après-midi. Le préjudice est estimé à plusieurs millions, selon les informations de BFMTV et les braqueurs sont toujours recherchés par la police.

Un braquage spectaculaire qui fait beaucoup parler depuis 24 heures, comme d'autres braquages mémorables qui se sont déroulées en France ces dernières années.

Société Générale / Nice / 1976

Lors de l'été 1976, la Société Générale de Nice (Alpes-Maritimes) est le théâtre du "casse du siècle". Le week-end du 16 et 17 juillet, une équipe d'au moins 6 gangsters pénètre pendant deux jours et deux nuits dans la salle des coffres de la banque et dévalisent plus de 300 coffres de particuliers. C'est en passant par les égouts et un tunnel de 8 mètres de long creusé à la main pendant près de 3 mois que les braqueurs parviennent à accéder à la salle des coffres pour dérober de l'argent liquide, des lingots ou encore bijoux pour s'emparer d'un butin estimé à environ 50 millions de francs (environ 7,6 millions d'euros), qui n'a jamais été retrouvé. Le vol n'est découvert que le lundi en fin de matinée lorsque la direction de la banque descend dans la salle des coffres. Sur un des murs, les malfrats ont écrit à la craie la phrase devenue célèbre : "Sans arme ni violence et sans haine".

Banque de France / Saint-Nazaire / 1986

Ce braquage est également appelé le "casse du siècle". Le 3 juillet 1986, un commando de 8 à 10 braqueurs arrache un butin record - à cette époque - de 88 millions de francs (environ 13,4 millions d'euros) à la Banque de France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Contrairement au braquage de Nice huit années plus tôt, les bandits procèdent avec violence, à 4h30 du matin, en prenant en otages le caissier - qu'ils blessent par balle - et sa famille, dans leur logement de fonction, avant de neutraliser le directeur, également dans son logement de fonction, et une trentaine d'employés à leur arrivée à 7 heures du matin. Les braqueurs récupèrent des liasses de billets entreposées dans la salle des coffres et font charger leur butin par les employés dans leurs trois véhicules garés sur le parking intérieur.

Banque de France / Toulon / 1992

En 1992, la Banque de France est une nouvelle fois la cible de braqueurs, mais cette fois-ci à Toulon (Var). Encore plus prolifique que les deux braquages précédents, il est également surnommé le "casse du siècle". Le 16 décembre 1992, sur les coups de 7h, deux hommes se faisant passer pour des livreurs de champagne pénètrent au domicile du gardien de la Banque de France et le prennent en otage pendant plusieurs heures, ainsi que sa famille, en lui fixant une ceinture d'explosifs.

Ils se servent de lui pour entrer dans la Banque de France et les malfaiteurs portant masques et perruques enferment le personnel avant d'accéder à la salle des coffres dont ils connaissent le mécanisme d'ouverture. Ils parviennent à s'emparer d'un butin estimé à 146 millions de francs (environ 26 millions d'euros) avant de prendre la fuite, bien qu'encerclés par la police. Deux mois plus tard, 11 personnes sont arrêtées dont Hélène Renaud, la comptable de la banque, qui a fourni tous les renseignements à l'un des cerveaux de l'opération dont elle est tombée amoureuse.

Joaillerie Harry Winston / Paris / 2007 et 2008

En à peine plus d'un an, une équipe de malfaiteurs est parvenu à braquer deux fois la même bijouterie, la joaillerie Harry Winston à Paris, située avenue Montaigne. En octobre 2007, quatre individus s'emparent de 120 montres et 360 pièces de joaillerie pour un butin estimé à plus de 32 millions d'euros avec la complicité d'un vigile. En décembre 2008, la même équipe revient cette fois-ci déguisée en femmes, toujours avec l'aide du vigile et dérobent environ 900 bijoux. Durant le braquage, ils ont sorti leurs armes, sans les utiliser, et menacé les 16 employés ainsi que les clients présents, avant d'en frapper certains. Un braquage étonnement long qui a duré une quinzaine de minutes. Le butin total est estimé à plus de 80 millions d'euros.

Fourgon / Lyon / 2009

Le 5 novembre 2009, le convoyeur de fonds Toni Musulin effectue un chargement à la Banque de France et rejoint le siège de Loomis. Seul dans le véhicule, il laisse ses deux collègues sur place et s'enfuit. Trois heures plus tard, le fourgon est retrouvé vide par la police dans une zone industrielle de la banlieue de Lyon. Les forces de l'ordre annoncent un vol s'élevant à 11,6 millions d'euros en billets neufs non répertoriés et dont les numéros n'ont pas été relevés. Deux jours plus tard, les enquêteurs retrouvent environ 9,1 millions d'euros dans un box souterrain loué sous une fausse identité par le malfrat. Le 19 novembre, il se rend à la police et lors de ses auditions, il reconnaît le détournement, mais nie avoir gardé les 2,5 millions d'euros manquants.

Carlton / Cannes / 2013

Le 28 juillet 2013, à l'occasion d'une exposition du bijoutier Leviev organisée au Carlton de Cannes, un individu armé, portant une casquette et un foulard dissimulant son visage, entre dans le salon de l'exposition par une porte fenêtre censée être verrouillée, à un horaire où l'exposition est fermée au public. À l'aide de son arme, il braque le personnel du bijoutier et les agents de sécurité et se fait remettre des bijoux à peine sortis du coffre pour être placés en vitrine. Il repart avec 72 pièces, dont 34 d'exception, pour un butin record de 103 millions d'euros.

VIDÉO - Braquage d'une boutique Chanel, près de la place Vendôme à Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles