6,2 milliards d'euros d'aides annoncées: Macron enchaîne les promesses à quelques mois de la présidentielle

·3 min de lecture

Plus de 6 milliards d'euros d'aides ont été annoncées ou confirmées par l'exécutif depuis le début du mois de septembre. L'opposition dénonce une manœuvre électoraliste, à quelques mois de la présidentielle.

La fin du "quoi qu'il en coûte" est proche, du moins comme on l'entend. Si l'exécutif a assuré que le fonds de solidarité sera supprimé le 30 septembre pour la plupart des entreprises, le gouvernement a néanmoins promis de continuer à soutenir les secteurs et les territoires qui en auront besoin. 

Le soutien économique apporté lors de la crise sanitaire tend désormais à laisser la place aux aides de financement. Beauvau de la sécurité, chèques énergie, plan massif pour la ville de Marseille... Les annonces se multiplient, et se chiffrent en milliards désormais. 

6,2 milliards d'euros d'aides annoncées ou confirmées depuis le début du mois

En précision: ce sont 1,5 milliard d'euros qui ont été promis à la deuxième ville de France, 40 millions d'euros pour le versement d'une prime et la revalorisation des salaires des sages-femmes, 600 millions d'euros dédiés en "assurance récolte" pour les agriculteurs ou encore une enveloppe de 400 millions d'euros pour le développement des transports en commun des collectivités de province.

Et ça ne s'arrête pas là: 500 millions d'euros pour financer les nouvelles mesures annoncées lors du Beauvau de la sécurité, 600 millions (100 euros pour près de six millions de foyers modestes) versés en chèque énergie. 2 milliards d'euros consacrés au dispositif d'aide à la rénovation énergétique, plan de 300 millions d'euros pour les travailleurs indépendants, 21 millions d'euros alloués pour le relmboursement de la contraception chez toutes les femmes de moins de 25 ans. 

Enfin 50 millions d'euros supplémentaires pour le secteur de la pêche confronté aux conséquences économiques du Brexit et 170 millions d'euros alloués chaque année jusqu'en 2024 au fret ferroviaire ont également été annoncés ces derniers jours. Au total ce sont 6,2 milliards d'euros sous formes d'aides qui ont été annoncés ou confirmés en l'espace de deux semaines.

Politique de l'"open bar" 

"Le 'quoi qu’il en coûte', pour les Français, il est fini. Le 'quoi qu'il en coûte' pour la réélection d'Emmanuel Macron ne fait que commencer", a pour sa part estimé dimanche sur RTL Xavier Bertrand, qui avait tablé "entre 5 et 7 milliards d'euros" de dépense en quinze jours.

Le prétendant à l'élection présidentielle est rejoint par Charles de Courson. Le vice-président de la commission des finances à l'Assemblée nationale, contacté par nos confrères de l'OBS, estime qu'il n'y a là "aucun plan d’économie et ça va continuer comme ça avec la politique de l’open bar jusqu’à la présidentielle". 

À gauche aussi, les annonces du gouvernement intriguent à quelques mois de l'élection. La députée LFI Mathilde Panot s'étonne notamment de l'augmentation du chèque énergie, plus d'un an après avoir déposé une proposition de loi en ce sens et rejetée par la majorité. 

La survenance de ces annonces économiques à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron peut-elle aussi trouver sa réponse dans les sondages ? Selon une enquête OpionionWay-Square pour Les Echos et Radio Classique, 56% des Français sondés estiment avoir vu leur pouvoir d'achat plutôt diminuer depuis cinq ans.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles