6 à table, masques, attestation...Rappels et conseils pour le réveillon de Noël

·2 min de lecture

Cette année, les Français vont célébrer le réveillon de Noël dans le contexte particulier de la crise liée au covid-19. Voici quelques rappels et conseils sanitaires pour passer les fêtes sereinement. 

Le gel hydroalcoolique en bout de table rappelle que cette année, les Français vont célébrer Noël dans des circonstances particulières.

Pas besoin d'attestation le 24 décembre. Le couvre-feu mis en place en France contre le covid-19 s'assouplit à la veille de Noël pour permettre aux familles et amis de se réunir. Le 24 au soir, les Français n'auront pas besoin d'attestation pour sortir après 20 heures.

6 à table et port du masque durant la soirée. Le gouvernement français recommande de ne pas se réunir à plus de 6 adultes autour de la table du réveillon et d'aérer les pièces 10 minutes toutes les heures. Mais attention, réunion de famille ne veut pas dire abandon des gestes des barrières. Le porte du masque lorsque l'on ne mange pas est notamment prescrit. Sur BFMTV, l'infectiologue Christophe Rapp a souligné qu'il ne fallait pas «hésiter à mettre une chaise vide entre deux convives» pour garantir cette distanciation physique. Les autorités publiques conseillent une distanciation plus grande pour les «personnes présentant le plus de risques du fait de leur âge ou de comorbidités».

Pour le repas. Au moment de passer à table, on identifie bien son verre pour ne pas prendre celui du voisin, pour les apéritifs, on évite les plats à partager et on évite de se servir avec les doigts, conseille l'Agence régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine. Une seule personne devrait également être dédiée au service des boissons et des plats avec des couverts dédiés.

La distribution de cadeaux. Là encore, il est recommandé qu'une seule personne fasse la distribution des cadeaux, après avoir lavé ses mains. Enfin, on évite les embrassades pour se remercier et on se lave les mains après avoir ouvert ses paquets.

La messe. Les messes du 24 et(...)


Lire la suite sur Paris Match