5G : l'Internet sur mesure séduit les professionnels

·2 min de lecture

Bien au-delà du symbole "5G" qui s'affichera bientôt sur les téléphones portables des particuliers, cette nouvelle norme de communication représente avant tout une rupture technologique pour l'industrie. Tour d'horizon des premiers projets en cours de déploiement.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°890 daté avril 2021.

Qui entend 5G pense d'abord vitesse. Les premières offres commerciales qui se déploient depuis fin 2020 promettent des débits (théoriques) de plusieurs gigabits par seconde (Gbits/s), contre 150 à 300 mégabits par seconde (Mbit/s) pour la 4G à laquelle elle succède. En conditions réelles, ce sera moins : l'Autorité de régulation des télécommunications (Arcep) exige des opérateurs une garantie d'au moins 100 Mbit/s (contre 60 en 4G). Ce gain en débit s'accompagne d'un autre, tout aussi important : la latence passe de quelques dizaines de millisecondes (ms) à 1 ou 2 ms. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas dans les usages grand public que la 5G promet une véritable rupture, alors que ce sont eux qui cristallisent les inquiétudes sur les risques au sujet desquels l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (Anses) s'apprête à publier un rapport.

Latence : en télécommunications, temps de transmission d'un paquet de données de sa source à l'appareil récepteur (ordinateur, téléphone, tablette…). Plus il est faible, plus l'interaction temps réel est possible.

"Tout ce qui existait avant sous forme de matériel sera virtualisé"

"La révolution de la 5G viendra des centres de données (datacenters), explique Guy Pujolle, enseignant-chercheur en informatique à Sorbonne Université, à Paris. Tout ce qui existait avant sous forme de matériel sera virtualisé. Le boîtier qui servait au traitement du signal, par exemple, deviendra un logiciel sur un serveur." Même chose pour les commutateurs qui relient plusieurs parties d'un réseau, les routeurs qui assurent la circulation des données et même, à terme, les modems. Avec une flexibilité inédite à la clé : "On peut avoir une machine virtuelle qui démarre pour activer une antenne sur une zone donnée, raconte Xavier Lagrange, enseignant chercheur à l'IMT Atlantique, à Rennes. Si le nombre d'utilisateurs augmente, une autre m[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi