55% des Espagnols veulent un référendum sur la monarchie, selon un sondage

Ivan Valerio
·1 min de lecture
Le roi Juan Carlos et son fils  Felipe le 18 juin 2014 à Madrid lors de la décision d'abdication du roi au profit de son fils - GERARD JULIEN © 2019 AFP
Le roi Juan Carlos et son fils Felipe le 18 juin 2014 à Madrid lors de la décision d'abdication du roi au profit de son fils - GERARD JULIEN © 2019 AFP

La monarchie espagnole est secouée. Empêtré dans un scandale de corruption, l'ancien roi Juan Carlos I, est parti en exil pour tenter de préserver l'image de la maison royale.

Une situation qui fragilise la couronne, quand bien même Felipe VI, son fils, essaie de prendre ses distances avec les pratiques de son père. Selon un sondage YouGov, publié pour le Huffington Post espagnol, 55% des Espagnols interrogés sont favorables à un référendum pour choisir si le pays doit garder un régime monarchique ou se transformer en République.

Ce sondage montre également que pour 35% des personnes interrogées, la monarchie est un "problème pour le pays". Des chiffres qui dessine un pays divisé sur la question, où les jeunes majoritairement demandent à questionner la monarchie, alors que les plus âgés, même minoritaires, se montrent plus conservateurs sur la question.

La République pas à l'ordre du jour

L'institut de sondage officiel, le CIS, n'interroge plus les Espagnols depuis 2015 sur leur soutien à la monarchie. A ce moment, la cote de popularité de l'institution était à peine de 4 sur 10, alors qu'elle dépassait 7 sur 10 dans les années 1990.

Mais le scénario de la troisième république espagnole est encore très loin. Abolir la monarchie parlementaire, établie par l'article 1 de la Constitution, est compliqué. Cette réforme de la Constitution doit être approuvée par les deux tiers de la chambre, puis être soumise une deuxième fois à une nouvelle chambre issue d'élections, avant d'être ratifiée par un référendum.

Article original publié sur BFMTV.com