52,5 millions d’autotests commandés par le ministère de l'Éducation pour la rentrée

·1 min de lecture

La facture s’élève à 245 millions d’euros, selon les informations recueillies par Europe 1 mercredi 14 avril. Le ministère de l’Éducation a décidé de déployer massivement les autotests dès la rentrée des vacances de printemps. Pour cela, il a commandé quelque 52,5 millions de ces nouveaux moyens de dépistage du Covid-19.

Le ministère projette de fournir en premier lieu les professeurs du primaire dès le retour des vacances, le 26 avril. Puis, viendra le tour des lycéens et professeurs du second degré à partir du 3 mai, avait annoncé le ministère de la Santé dans les colonnes du Journal du dimanche, le 11 avril. Les plus jeunes élèves ne seront pas concernés en raison de la recommandation de la Haute autorité de santé (HAS), qui ne les destine qu’aux personnes âgées de plus de 15 ans.

La manière dont ces tests - prévus pour être auto-administrés - seront effectués n'a n’a semble-t-il pas encore été arrêtée. La première hypothèse avancée par le ministère est de faire réaliser ces autotests par les élèves directement dans les établissements scolaires. Cependant, certains professeurs ne seraient pas favorables à cette idée. Ils craignent en effet la marche à suivre si des résultats positifs apparaissent. Par ailleurs, les résultats de ces tests arrivent en une vingtaine de minutes. Comment meubler ce laps de temps ? se demandent certains enseignants.

Le syndicat des proviseurs, le SNPDEN, consulté par le cabinet de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a par ailleurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une ville du Nord va bientôt couper les aides sociales aux familles de délinquants
Jusqu’à 750 euros de l’heure : la rémunération des médecins vaccinateurs passe mal dans les Bouches-du-Rhône
La Belgique reporte l'administration du vaccin Johnson & Johnson
Appelés pour une fête d'intermittents clandestine, les policiers sont accueillis par le voisin excédé : Nicolas Sarkozy
Hospitalisations Covid-19 : les espoirs de l'Institut Pasteur