500 groupes sectaires, "c'est la partie visible de l'iceberg", alerte Didier Pachoud, président de l'association Gemppi

franceinfo
·1 min de lecture

Les 500 groupes sectaires évoqués par Marlène Schiappa mardi 6 avril sur franceinfo, "c'est la partie visible de l'iceberg", a alerté Didier Pachoud, président du Groupe d'étude des mouvements de pensée en vue de la protection de l'Individu (Gemppi), une association spécialisée dans le domaine des croyances religieuses et thérapeutiques holistiques. Il confirme sur franceinfo une hausse des signalements concernant des pratiques de "santé alternative et du New age". Avec les incertitudes liées au Covid-19 et la peur de la mort, "il ne faut pas s'étonner qu'il y ait un afflux de nouvelles sectes ou en tout cas de charlatans", estime Didier Pachoud.

franceinfo : Avez-vous vous aussi constaté l'apparition et le développement des centaines de groupes sectaires depuis un an ?

Didier Pachoud : Je confirme, c'est bien la tendance qu'on a observée dans nos statistiques. Nous recevons chaque année à peu près 1 200 demandes d'aide et d'information. Les années précédentes, c'était à peu près 50 % à thème religieux et 50 % sur le thème "New age-santé". Et en 2020, c'était 70 % pour ce qui est de la santé alternative et du New age. Et je crois qu'en 2021, ça ne s'arrange pas.

Quand vous parlez de santé, on imagine que c'est lié aux incertitudes de l'épidémie de Covid-19 ?

Bien sûr. Car la science a son rythme, un rythme qui marche sur des années, tandis que là on demande des réponses immédiates. Ce qu'on a vu sur les médias, ce sont les débats scientifiques qui normalement se déroulent (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi