Plus de 500 attaques de sites de santé en Syrie depuis 2016, selon l'OMS

PLUS DE 500 ATTAQUES DE SITES DE SANTÉ EN SYRIE DEPUIS 2016, SELON L'OMS

GENEVE (Reuters) - Plus de 500 attaques militaires contre des établissements de santé ont été recensées en Syrie depuis 2016, faisant presque autant de morts parmi le personnel médical que les patients, a annoncé mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les deux tiers environ des personnes touchées se trouvaient dans le nord-ouest de la Syrie où les combats se sont intensifiés ces derniers mois à la faveur d'une offensive en décembre des troupes de Bachar al Assad, soutenues par la Russie, qui cherchent à s'emparer du dernier bastion encore aux mains de la rébellion.

La Russie et la Turquie, soutien des rebelles, se sont entendues la semaine dernière sur un cessez-le-feu dans la province syrienne d'Idlib et cette trêve est pour le moment globalement respectée.

Les données compilées par l'OMS depuis 2016 et publiées pour la première fois montrent que 494 attaques ont été commises contre des établissements de santé en Syrie en trois ans.

Neuf nouvelles attaques ont été enregistrées depuis le début de l'année et toutes se sont produites dans le nord-ouest de la Syrie, faisant 10 morts, a précisé l'agence onusienne basée à Genève, sans citer les responsables de l'attaque.

Au total quelque 480 personnes, personnel médical et patients confondus, ont succombé à ces attaques depuis 2016.

"Ce qui est troublant, c'est que nous sommes arrivés à un point où les attaques contre le médical - une chose que la communauté internationale ne devrait pas tolérer - sont devenues maintenant banales", a déploré Richard Brennan, directeur régional des urgences à l'OMS.

Seule la moitié des installations médicales dans le nord-ouest de la Syrie fonctionnent encore, a-t-il ajouté, alors que l'offensive syrienne a fait près d'un million de déplacés.


(Emma Farge; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)