Il y a 50 ans, la Nasa relançait le programme Apollo et posait un buggy sur la Lune

·2 min de lecture

En septembre 1970, la Nasa annonce l’arrêt du programme Apollo après la 17e mission pour des raisons budgétaires. Un véritable revers pour l’exploration spatiale, que les chercheurs de l’agence américaine vont tourner à leur avantage. Moins d’un an après, le 26 juillet 1971, la mission Apollo 15 est lancée depuis le centre spatial Kennedy, en Floride. À bord du module de commande et de service (CSM), Alfred M. Worden, James B. Irwin et David R. Scott partent pour la mission supposée marquer un nouveau jalon dans le programme d’exploration lunaire.

Le site d'atterrissage d'Apollo 15 recréé à partir des images collectées par la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter). © Nasa

Nouveaux équipements, nouveaux objectifs

Les astronautes américains sont envoyés vers la Lune grâce à une version améliorée du lanceur Saturn V. Ce dernier est capable d’emporter une charge utile plus élevée, avec une masse de 48 tonnes, les ingénieurs de la Nasa ayant souhaité optimiser le peu de missions Apollo à effectuer. Le temps de présence passé sur la Lune par Scott et Irwin augmente considérablement en comparaison avec Apollo 11 et 12. En 1969, Aldrin et Armstrong avaient passé plus de 21 heures sur le sol lunaire, et près de 31 heures pour Pete Conrad et Alan Bean quelques mois plus tard. Sur cette troisième mission d’exploration effective, la durée d'équipée sur la Lune s'élève à… 67 heures.

Hommage de la Nasa pour le cinquantième anniversaire de la mission Apollo 15. © Nasa

Le CSM est équipé de nouveaux instruments, mais un seul retiendra l’attention des médias : le premier rover lunaire (LRV). Ce petit véhicule de trois mètres de long, replié sous le LEM durant le transit vers le satellite de la Terre, permet aux astronautes d’étendre leur zone d’exploration de plusieurs kilomètres. L’astromobile, tout-terrain, peut atteindre une vitesse de presque 14 km/h et transporter une charge utile de 490 kilos.

David Scott installant l'Alsep (Apollo Lunar Surface Experiment Package). © Nasa
David Scott installant l'Alsep (Apollo Lunar Surface Experiment Package). © Nasa

Après...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles