"Le droit à l'IVG est fortement menacé", déplore Christine Delphy

Alix Coutures
·Journaliste
·1 min de lecture
Christine Delphy présentait son livre " Un troussage de domestique", qui a suivi l’« affaire DSK à Paris le 15 septembre 2011 (Photo: THOMAS SAMSON via AFP)
Christine Delphy présentait son livre " Un troussage de domestique", qui a suivi l’« affaire DSK à Paris le 15 septembre 2011 (Photo: THOMAS SAMSON via AFP)

AVORTEMENT - Militante féministe, sociologue et ancienne chercheuse du CNRS, Christine Delphy a cofondé en 1970 le Mouvement de libération des femmes (MLF). Un an plus tard, elle signait dans Le Nouvel Observateur le fameux manifeste des 343 “salopes”. C’était le 5 avril 1971, il y a exactement un demi-siècle.

Depuis, elle n’a jamais cessé de s’impliquer dans le combat pour l’égalité des sexes et de se battre contre le patriarcat. Cinquante ans après avoir déclaré haut et fort, “Je me suis fait avorter”, s’exposant ainsi à des poursuites pénales, Christine Delphy revient pour le HuffPost sur cet événement historique. Elle porte aussi son regard sur l’évolution de la lutte féministe, de 1971 à 2021.

Le 5 avril 1971 dans Le Nouvel Observateur, 343 femmes signaient le manifeste. Comment est née l’idée de cette déclaration?

L’idée est venue de deux journalistes du Nouvel Observateur, Nicole Muchnik et Jean Moreau. Dans un premier temps, ils se sont adressés à Anne Zelinsky et à moi-même, comme têtes de pont du MLF que nous avions contribué à fonder. Nous étions très actives dans la lutte pour le droit à l’avortement et la libre disposition de son corps.

Lorsqu’ils nous ont suggéré, autour d’un café, l’idée du manifeste, nous avons tout de suite accepté. C’était une bonne manière d’atteindre le plus large public possible et de faire évoluer les mentalités. Avec l’aide de Simone de Beauvoir, nous avons ensuite réuni les 343 signataires. L’objectif était de rallier le plus de femmes possible à notre cause, tant des anonymes que ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.