50.000 ou 500.000 euros pour la vaisselle de l'Élysée? Le palais tente d'éteindre la polémique

Jade Toussay
50.000 ou 500.000 euros pour la vaisselle de l'Élysée? Le palais tente d'éteindre la polémique

POLITIQUE - Pour recevoir les grands de ce monde, il faut un service de vaisselle digne de ce nom. Mais à quel prix? L'Elysée, qui vient de passer commander auprès de la Manufacture de Sèvres, évoque un coût de 50.000 euros. Mais selon les révélations du Canard Enchaîné mercredi 13 juin, le montant avoisine plutôt les 500.000 euros, indirectement payés par le contribuable. Une information "imprécise" selon l'Elysée, qui a tenté de calmer la polémique naissante mercredi dans la soirée.

Dimanche 10 mai, le Journal du Dimanche révélait que le couple Macron avait commandé "900 assiettes de présentation et 300 assiettes à pain, soit 1200 pièces" à la prestigieuse maison française. Un service baptisé "Bleu Elysée", et dont le montant était alors estimé à 50.000 euros, principalement pour couvrir les frais des artistes. "Cette somme ne sera pas déboursée par l'Elysée, mais répartie entre l'établissement public de la Manufacture de Sèvres et le ministère de la Culture", écrivait alors l'hebdomadaire.

Mais selon le Canard Enchaîné, "la douloureuse pourrait atteindre voire dépasser le demi-million d'euros". Et d'ajouter que "c'est quand même bien le budget de l'Etat qui régale, par le biais de subventions de fonctionnement et d'investissement".

Qui paie et combien?

Face à ces informations contradictoires, l'Elysée a réagi, indiquant dans un communiqué cité par 20Minutes, que "le budget de production du service de table est pris en charge sur le budget de fonctionnement annuel". Budget qui est pris en charge à 60% par l'état et 40% grâce aux "recettes propres" de la Manufacture, comme l'a expliqué Romane Sarfati, directrice de l'établissement auFigaro.

"Les attributions de pièces de la Manufacture pour les besoins de la présidence de la République, dont ce nouveau service, font partie de ses missions", rappelle Romane Sarfati, qui indique donc que "l'Elysée ne sera pas facturé pour cette commande." Quant aux 50.000 euros demandés, ils serviront "couvrir la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post