5 start-ups françaises sont dans la course pour le retour de l'Homme sur la Lune

·1 min de lecture

Le retour sur la Lune n’est plus qu’une question d’année. D’ici 2035, des hommes et des femmes vivront et travailleront sur la Lune en quasi autonomie. Aujourd’hui, les États et la puissance publique ne peuvent plus à eux seuls, « tout faire » pour mener à bien cette nouvelle course à la Lune, comme cela a été le cas lors des débuts de l’exploration humaine et de l’épopée Apollo. Dans cette perspective inédite de l’histoire de la conquête spatiale, la France et l’Europe doivent se doter d’une politique permettant de structurer et de coordonner les investissements et de se positionner parmi les leaders du NewSpace lunaire. C’est du moins l’avis du Cnes qui, associé à Nubbo, a lancé TechTheMoon.

« En avant vers la Lune ! » Interview de Didier Schmitt, expert sur l'exploration humaine et robotique à l'ESA

Cet incubateur lunaire fait donc le pari de jeter les bases d’un écosystème entrepreneurial basé sur la future économie lunaire. Trois grandes thématiques ont ainsi donc été identifiées : ressources lunaires, infrastructures et support vie. Pour cela, TechTheMoon sélectionnera chaque année plusieurs projets qui seront accompagnés pendant 12 mois. Pour sa première année de fonctionnement, TechTheMoon a sélectionné cinq start-ups pour les amener jusqu’à la levée de fonds et le lancement commercial de leur solution en réponse à un premier besoin de marché terrestre.

Le concept de l'Eurohab développé par Peter Weiss et Jean-Jacques Favier, cofondateurs de Spartan Space. Un prototype est visible dans le pavillon français de l'exposition universelle à Dubaï. © Spartan Space
Le concept de l'Eurohab développé par Peter Weiss et Jean-Jacques Favier, cofondateurs de Spartan Space. Un prototype est visible dans le pavillon français de l'exposition universelle à Dubaï. © Spartan Space

De réelles problématiques à résoudre avant d'envoyer des humains sur la Lune

Au nombre de 12, les start-ups candidates devaient répondre aux critères suivants : validation du produit minimum viable pour la Lune réalisable sous 12 mois, hypothèse de business model terrestre viable à 12 mois, disponibilité à temps plein du porteur de projet principal et installation de la start-up en Occitanie.

Ces cinq...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles