Les 5 raisons pour lesquelles l'Ile-de-France n'est toujours pas confinée malgré des chiffres alarmants

·1 min de lecture

Mercredi, lors de son point presse suivant le Conseil des ministres, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a été assailli de questions sur le sujet : pourquoi l'Ile-de-France n'est-elle pas confinée, comme l'a indiqué dès mardi Jérôme Salomon, le patron de la Direction générale de la Santé (DGS)? Pourtant, les chiffres sont alarmants, avec un taux d'incidence toujours en hausse, à 352,10 cas de Covid-19 pour 100.000 habitants mercredi, bien au-delà du seuil d'alerte de 250 fixé par le gouvernement. Et les taux de positivité dans cinq départements franciliens (13% en Seine-Saint-Denis, 11,8% dans le Val-d'Oise, 11,7% en Seine-et-Marne, 10,8% dans le Val-de-Marne et 10,5% en Essonne) les plus élevés de France, devant ceux du Pas-de-Calais (10,3%) et les Alpes-Maritimes (9,7%), pourtant confinés le week-end.

En bon équilibriste, Gabriel Attal a reconnu mercredi "situation préoccupante" en Ile-de-France avant d'évoquer "l'équilibre entre la nécessité de tenir compte des spécificités territoriales et la lisibilité au niveau national". Jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran, devrait marteler l'argument avant de détailler les raisons poussant à ne pas confiner les Franciliens.

1 - Les hôpitaux peuvent encore tenir (pour l'instant)

Mardi, Jérôme Salomon assurait que la situation dans les hôpitaux était encore tenable. En réalité, l'Agence régionale de santé (ARS) francilienne multiplie les consignes pour éviter d'arriver au point de rupture. Alors qu'il y avait, mercr...


Lire la suite sur LeJDD