"5 est le numéro parfait", le roman graphique à succès devient un film

Pierre-Yves Grenu

Avant d’être un film, 5 est le numéro parfait a d'abord été un carton d’édition. Ce roman graphique de l’Italien Igort a été traduit en quinze langues et publié dans vingt pays.

Igort a longtemps refusé de l’adapter lui-même au cinéma, préférant confier ses personnages à un réalisateur chevronné. Le Hongkongais Johnnie To (The Mission, PTU, Election...) avait même accepté le job, Igort lui mitonnant le scénario… Mais To a renoncé. Le dessinateur italien s’est résolu à se jeter à l’eau.

Sans surprise, son film est naturellement très graphique. Son décor : un Naples des années 70, brumeux, pluvieux qui alterne la beauté absolue et la crasse des cours délabrées.

Tout est élégant et stylisé dans ce film, sans doute à l’excès. Même le nez de Peppino a été redessiné pour approcher l’univers BD. On reste en surface, les personnages jouent "à la manière de", parfois à la limite de la parodie, enchaînent les poncifs et manquent d’épaisseur. Si le formidable Toni Servillo (La Grande Bellezza, Silvio et les autres, Les confessions, Viva la Libertà) fait le boulot comme toujours, on reste sceptique face à cette histoire qui a du mal à passer le cap du grand écran.

Dans ce clair-obscur très esthétique, on se sent assez peu concernés par les enjeux d'une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi