5 conseils pour la pratique du sexe sous la douche

Pauline Machado / Terrafemina
Notre petit guide du sexe sous la douche

SEXUALITÉ - On associe quasi systématiquement le sexe dans la douche à une séance torride qui mêle buée, main sur la vitre façon Titanic et cheveux mouillés qui courent dans le dos. À tort. Soyons honnête deux secondes, faire l’amour sous le pommeau revient souvent à manquer de se rétamer sur le sol en résine.

On ne sait pas vraiment dans quelle position se mettre, on finit par se rattraper au robinet qui transforme soudain la pluie d’eau brûlante en courant glacial, et on réalise non sans frustration que la seule chose qui n’est pas mouillée dans la cabine, c’est notre vagin. Rageant.

Heureusement, rien n’est jamais perdu niveau cul. On peut toujours recommencer (avec un·e partenaire différent·e à chaque fois, d’ailleurs) et s’améliorer nettement. En même temps l’adage ne dit-il pas: quand on a touché le fond, on ne peut que remonter? On vient donc vous guider, grâce à quelques conseils avisés, dans cet apprentissage nécessaire d’un des fantasmes sexuels les plus convoités.

1- Accrochez-vous à une poignée

L’équilibre peut être mis à rude épreuve quand chaque paroi est aussi glissante qu’une motte de beurre. Pour éviter de tomber, on recommande donc l’évident : se raccrocher à tout ce qui peut nous faire tenir debout. Porte de douche, attache murale, il y a souvent de quoi faire. Et pour celles et ceux qui voudraient investir, il existe même des poignées spécialement dédiées à l’activité érotique. Ou peut-être davantage au maintien de personnes âgées diminuées qui auraient peur de tomber. Mais chacun y trouve son bonheur - et on peut de toutes façons apprécier quinze minutes d’extase sous la douche à tout âge.

2- Proscrivez le savon (mais abusez du lubrifiant)

On ne cesse de vous le répéter, parole de gynéco à l’appui : le vagin se lave seul, et la douche vaginale est dangereuse. Le problème, si on joue à savonner le pénis ou les doigts de son/sa partenaire avant qu’il ou elle nous pénètre, c’est que le soin finira par s’y loger et risque de déséquilibrer notre flore....

Retrouvez cet article sur le Huffington Post