5 conseils pour choisir le bon gras

© ISTOCK/GETTY IMAGES

Longtemps accusé de tous les maux, chassé dans le moindre régime, le gras est aujourd’hui réhabilité par de nombreuses études, qui démontrent que la carence en lipides peut être préjudiciable. Avant l’âge de 2-3 ans, elle peut même augmenter le risque de surpoids en grandissant. Depuis 2010, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation recommande une part de 35 à 40 % de lipides dans l’apport énergétique quotidien (33 % auparavant). Soit 80g pour 2 000 kcalories par jour. Et ne jamais descendre sous les 30 %.

Les lipides jouent un rôle primordial : ils sont source d’énergie, ils constituent les membranes cellulaires, ils modulent l’activité de protéines, ils contribuent à la synthèse d’hormones intervenant dans le système immunitaire, la circulation sanguine, l’activité nerveuse, la croissance… Aussi, ils participent à la régulation de gènes. « Nous avons besoin de graisses, martèle le docteur Laurence Plumey, médecin nutritionniste et auteur de Sucre, gras et sel. Il faut en privilégier certaines plus que d’autres et respecter le bon dosage. » Ainsi des oméga-3 et oméga-6, dits acides gras essentiels car ils ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme, et doivent donc être apportés par l’alimentation, mais dans un juste rapport. Trop d’oméga-6 peut annuler le bénéfice des oméga-3 pour prévenir les risques cardiovasculaires et favoriser l’inflammation.

Dans la famille des oméga-3, l’acide alpha-linolénique (ALA) est le précurseur, que seule l’alimentation nous (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quelle thérapie choisir pour retrouver confiance en soi ?
Cigarette : quel âge idéal pour arrêter de fumer ? Une étude a la réponse
“L’homme le plus sale du monde” est décédé à l’âge de 94 ans
Mâcher du chewing-gum pour se protéger des virus
10 conseils pour un air sain dans son salon