Les 5 cinq secrets de la potion magique dans Astérix

Le gui semble être un ingrédient de base, il est en tout cas récurrent. A ne couper qu’avec une serpe d’or. Les carottes, les navets et le sel ont l’air aussi indispensables (Astérix et les Goths). Dans Le Combat des chefs, le druide part à la cueillette de trèfles à quatre feuilles. Dans L’Odyssée d’Astérix, il lui faut absolument de l’huile de roche, mais on apprend à la fin de l’album qu’il a pu la remplacer par du jus de betterave. Enfin, on peut y ajouter du homard, « pour le goût » (Astérix le Gaulois).

Panoramix n’a pas d’autre choix que d’en donner trois gouttes à Obélix pour qu’il les sorte de la pyramide où ils sont enfermés, dans Astérix et Cléopâtre (1965). « Je ne vois pas une très grande différence avant et après la potion… », commente Obélix.

« La potion magique ne devait figurer que dans le premier épisode. Mais elle a connu un tel succès que nous l’avons gardée », explique Goscinny dans René Goscinny raconte les secrets d’Astérix (Le Cherche Midi, 2014). A tel point qu’un journaliste, un jour, osa la comparer à une drogue dont les Gaulois ne pouvaient pas se passer. « Vous connaissez beaucoup de drogues qui se terminent brutalement, sans effets secondaires et sans rendre malade ? », rétorque Goscinny. Et pour enfoncer le clou, il envoie ses héros concourir aux Jeux olympiques en 1968, où ils remportent la palme… Sans potion magique !

Vendus comme esclaves à une riche famille romaine dans Les Lauriers de César (1972), Astérix et Obélix veulent dégoûter leurs propriétaires (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les colonnes de Daniel Buren : comment transformer l’espace public en œuvre d’art ?
Connaissez-vous Kaikai et Kiki, les personnages des tableaux de Takashi Murakami ?
Les quatre péplums qui ont inspiré Astérix
Idéfix : les 4 secrets de la mascotte d'Astérix
Qui a dit que la mort était triste ?